La deuxième journée de la réunion des Brics est consacrée à la sécurité mondiale

La Russie n’est « pas opposée » à accueillir l’Algérie au sein des BRICS

Les questions de sécurité mondiale sont à l’ordre du jour de la deuxième journée de la réunion des hauts représentants des pays membres des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) chargés des questions de sécurité, qui a repris mardi à Johannesburg, en Afrique du Sud, a déclaré à l’agence TASS le porte-parole du gouvernement sud-africain, qui assure la présidence des Brics cette année.

« Lors de la réunion de lundi dernier, une grande attention a été accordée à la cybersécurité », a déclaré l’interlocuteur de l’agence. « À présent, les participants à la réunion se penchent sur la sécurité mondiale et coordonnent leurs actions au sein des organisations internationales, y compris l’ONU, afin de préserver la paix. » Selon lui, la crise ukrainienne actuelle et les moyens de la résoudre seront également abordés.

La délégation russe est dirigée par Nikolaï Patrouchev, le secrétaire du Conseil de sécurité russe. La Chine y est représentée par Wang Yi, le chef du bureau central des affaires étrangères chinois.

« Certains problèmes mondiaux affectent tous les pays des Brics », a déclaré Khumbudzo Ntshavheni, la ministre sud-africaine de la Présidence, lors de l’ouverture de la réunion. « Nous devons renforcer les méthodes de travail des Brics afin d’y répondre. »

Lundi, une séance à huis clos des hauts représentants des Brics et une réunion au format élargi des amis des Brics ont eu lieu, en présence des chefs de la sécurité de l’Arabie saoudite, de la Biélorussie, du Burundi, de Cuba, des Émirats arabes unis, de l’Égypte, du Kazakhstan et de Cuba. Tous ces États ont exprimé leur volonté de rejoindre les Brics.

La réunion des hauts représentants des Brics chargés des questions de sécurité se terminera plus tard dans la journée de mardi par l’adoption d’un document final.