frenhaessw

LE CADRE DES BRICS

Regroupant les cinq principales économies émergentes du monde : le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud, les BRICS ont été créés en septembre 2009 afin de promouvoir l'intégration régionale, la paix, la sécurité, le développement et la coopération. Le bloc a également été créé dans le but de contribuer de manière significative au développement de l'humanité et à l'établissement d'un monde plus équitable et plus juste. C'est dans cette optique qu'un groupe d'universitaires, d'activistes, de combattants pour la liberté et des amoureux de la justice, réunis sous la bannière d'une nouvelle organisation, "New Dawn Vision" (https://newdawnvision.org), ont tenu leur deuxième conférence, pour explorer l'existence des BRICS et la manière dont ils façonnent la politique internationale et le développement. La conférence, qui s'est déroulée virtuellement via zoom le 18 septembre dernier, a accueilli deux intervenants. Le Dr Msia Kibona Clark, professeur associé d'études africaines à l'université Howard; et Sean Blackmon, animateur de "By All Means Necessary" sur Sputnik Radio, sous le thème : "Les Brics et les expériences historiques communes - de la liberté au droit au développement", analysant le chemin parcouru par les nations BRICS en matière d'économie et de développement depuis l'émergence du bloc en 2009.

30 Sep 2021    

Dans sa présentation, le Dr Msia Clark a souligné que la création des BRICS, qui visait à contester la domination occidentale sur le plan économique et autre, ainsi qu'à changer le statu quo, n'a pas entraîné de changement révolutionnaire dans l'économie et la politique étrangère et n'a certainement pas remis en question l'hégémonie des pays occidentaux. Se concentrant sur la Chine et la Russie, le Dr Clark a rappelé les types de systèmes économiques pratiqués pendant la guerre froide, qui étaient principalement le capitalisme et le socialisme, et a souligné que ces deux pays, compte tenu de leurs populations respectives, de leurs superficies et de leurs économies florissantes, pourraient faire davantage pour changer la dynamique économique des autres États membres, car à ce stade, il n'existe pas de systèmes économiques concurrents aux BRICS. Le Dr Msia a souligné : ''Les BRICS, c'est essentiellement du ''néolibéralisme en couleur'' ou du ''néolibéralisme arc-en-ciel'', car les gens viennent de pays noirs et autres  diversités raciales, ce qui semble promouvoir le même calendrier néolibéral''.

Sean Blackmon s'est concentré sur les dynamiques géopolitiques en jeu, du point de vue des mouvements sociaux mondiaux, affirmant que le dénominateur commun qui unit tous les pays du BRICS est l'impact croissant du néolibéralisme et les ravages de l'impérialisme et du colonialisme menés par les pays les plus riches comme les États-Unis, qui ont abouti à l'appauvrissement des populations dans le monde entier. Il est arrivé à cette conclusion après avoir examiné les derniers événements qui se sont déroulés dans ces États BRICS. Il a suggéré que pour briser cette tendance, il serait bon de renforcer les relations avec les mouvements sociaux non seulement dans les pays BRICS, mais aussi dans le monde entier, en faisant allusion au mouvement #Black Lives Matter# qui s'est élevé contre le racisme suite à l'épisode George Floyd aux États-Unis; également à la lutte contre le président Jair Bolsonaro au Brésil menée par le Mouvement brésilien des travailleurs Sans Terre appelé MST; ainsi qu'au Syndicat national des métallurgistes d'Afrique du Sud (NUMSA) qui lutte pour les droits des travailleurs, entre autres. Faisant référence à la Chine et à ses progrès les plus récents, qui ont permis au pays de mettre fin à la pauvreté et de déboucher sur l'une des meilleures réponses à la pandémie de Covid 19, Sean a noté que, même si l'on avait promis aux États-Unis un répit par rapport aux politiques ouvertement racistes et belliqueuses de l'ancien président Donald Trump si Joe Biden était élu, ce que l'on a réellement observé dans de nombreux cas, c'est le maintien de cette politique impérialiste et, dans certains cas, son accroissement. Cela n'est bien sûr pas surprenant car les deux partis de la classe dominante, les Républicains et les Démocrates, sont souvent au diapason en matière de guerre et de domination. Ainsi, l'administration Biden-Harris semble tout aussi déterminée que ses prédécesseurs à attiser la guerre avec Pékin. Répondant à l'inquiétude d'un participant qui se demandait si Biden était aussi mauvais que Trump, Sean a fait remarquer que regarder les démocrates et les républicains, c'est comme regarder les deux faces d'une même pièce. Ce sont simplement deux partis qui représentent différentes ailes de la classe dirigeante américaine, l'intérêt capitaliste américain, et qui ont souvent emprunté des routes différentes pour arriver à la même destination. Dans un exemple pratique pour mieux expliquer cela, il a souligné que Donald Trump a en quelque sorte poussé à la conspiration raciste d'une manière très ouverte tandis que Biden, en revanche, est plus poli dans sa présentation de la même question. En un mot, ils ont tous deux le même type d’intérêt. Il a conclu en déclarant : "nos organisations doivent être claires et avoir des principes dans leur opposition à l'hégémonie occidentale, un conflit entre grandes puissances,  et à un système qui place les profits de la guerre et le pillage au-dessus de l'intérêt de l'humanité".

L'une des participantes, réagissant au concept de "néolibéralisme en couleur", a déploré le fait que des personnes d'origine africaine, qui devraient avoir à cœur le meilleur intérêt des Africains et même dans leur travail, adhèrent à l'idéologie bourgeoise occidentale, ce qui a un impact considérable sur le continent africain et sa capacité à progresser vers le panafricanisme. Faisant référence aux BRICS ou à toute autre entité externe qui pourrait être utile au continent en termes d'argent ou de développement, elle a suggéré de mettre davantage l'accent sur la création d'un organe économique interne qui pourrait servir les mêmes objectifs que certaines de ces sociétés financières internationales. Elle a insisté sur le fait qu'il fallait se concentrer davantage sur les ressources présentes sur le continent afin de forger un commerce intercontinental et d'abandonner les emprunts auprès des institutions monétaires internationales. Elle a également appelé à une solution pour traiter les petits-bourgeois africains, et anti-africains, qui sont à la tête de nombreuses institutions hors du continent. Sean Blackmon a soutenu en notant que la meilleure façon de s'en sortir serait l'auto-développement et un effort pour renforcer les relations avec les Africains sur le continent afin de pousser ces institutions à avoir ce genre de réel changement actif.

Un autre participant a souligné qu'avec la mise en place des BRICS, il sera bénéfique d'examiner les relations bilatérales que les États membres des BRICS entretiennent avec d'autres pays du continent, notant que même la façon dont ces pays : Le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud, coopèrent les uns avec les autres se fait en fonction de leurs intérêts stratégiques nationaux et non dans le cadre d'un mouvement collectif visant à remettre en question le néolibéralisme ou l'impérialisme occidental. Un appel général a été lancé aux BRICS pour qu'ils développent un modèle permettant de promouvoir l'intégration économique régionale au niveau de l'Afrique et d'améliorer la vie de chacun au niveau local. Une question a également été posée, celle de savoir à quel moment les BRICS cesseront de traiter avec les pays individuellement et penseront à collaborer avec les institutions de manière collective sur le terrain. 

Un autre participant a mentionné que les BRICS ont un projet pour concevoir des institutions financières qui peuvent aider au développement de toutes les stratégies, qui bien sûr ne seront pas basées sur le programme néolibéral. En effet, l'un des problèmes actuels de l'Afrique et de sa relation avec les États-Unis et toutes les autres forces occidentales est le fait que de nombreuses politiques en termes d'économie sont basées sur le système néolibéral, qui sape le développement du continent. Il y a également eu un point d’ouverture sur le fait que tous les problèmes du continent disparaîtront du fait de la présence des BRICS. Le continent doit donc rester uni afin d'établir de bonnes relations avec certaines de ces nations BRICS; mais également étudié les principes fondamentaux et la croissance des BRICS,  ainsi que la manière dont ils pourraient être utilisés comme une voie de développement dans la lutte pour le panafricanisme. Réagissant à une dernière inquiétude, à savoir si l'URSS est une leçon pour l'Afrique, Sean a déclaré qu'il considérait l'Union soviétique comme une grande réussite historique, qui a été impitoyablement attaquée par l'impérialisme américain et finalement dénoncée de l'intérieur. L'une des principales leçons est que toute tentative réelle concertée, perçue comme une menace, sera confrontée au même type d'attaque et c'est ce à quoi on peut s'attendre chaque fois qu'il y a un mouvement de conséquence, que ce soit sur le continent africain ou ailleurs.

Dans ses remarques finales, le Dr Clark a indiqué que la priorité et l'accent devaient être mis sur l'amélioration des conditions de vie des populations sur le terrain et pas nécessairement sur un bloc politique commun tel que les États-Unis d'Afrique, avec un gouvernement central unique. Ce n'est pas nécessaire pour que les Africains soient unis dans leurs politiques et dans leur façon de traiter avec l'Europe", a-t-elle déclaré. Elle a conclu en suggérant que si les grandes économies comme le Nigeria, l'Afrique du Sud et l'Égypte donnaient le ton et décidaient de ne pas coopérer avec le FMI et la Banque mondiale, cela donnerait aux pays dont les économies sont plus petites le soutien, le pouvoir et la force de se lever et d’agir de la même manière.

Dans le cadre de sa mission afin de contribuer à la construction d'un nouveau monde dans lequel les gens sont liés par leur humanité commune, New Dawn Vision organise en collaboration avec la Convention pour le panafricanisme et le progrès des rencontres périodiques pour atteindre cet objectif (www.cpp-ubuntu.org).  La prochaine conférence est prévue pour le 23 octobre, sur le thème: “Les BRICS et l'intégration économique régionale”.

Rapport du personnel

New Dawn Vision

https://newdawnvision.org

Abonnez-vous à la chaine Youtube d'Afrique Media

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741