Niger : début des opérations pour le retrait des soldats français

Les opérations pour le retrait des soldats français présents au Niger devraient commencer ce mardi, sous escorte de l’armée nigérienne, a annoncé le régime militaire arrivé au pouvoir par un coup d’Etat, au moment où l’Algérie décide de « surseoir » à sa médiation censée trouver une sortie de crise.

« Les opérations pour le départ du premier convoi sous escorte de nos forces de défense et de sécurité débuteront dès demain, mardi 10 octobre », a indiqué lundi soir le régime militaire dans un communiqué lu à la télévision nationale, Télé Sahel.

Le communiqué ne précise pas la destination de ce convoi.

Le retrait des quelque 1 400 soldats français du pays avait été exigé par les généraux nigériens rapidement après leur arrivée au pouvoir fin juillet. Et le président français Emmanuel Macron avait annoncé leur départ fin septembre.

« Après des rencontres » et des « échanges entre nos autorités et la partie française, un calendrier de retrait de leurs troupes a été déterminé d’un commun accord », précise le régime.

Ce week-end, plusieurs convois ont eu lieu entre les bases avancées du nord-ouest, où sont déployés 400 militaires, et la capitale Niamey, selon des sources sécuritaires nigériennes et françaises interrogées par l’AFP.

Au moins deux convois avaient permis aux bases de Ouallam et Tabarey-Barey d’être ravitaillées et à plusieurs militaires français considérés comme prioritaires d’être acheminés vers Niamey.

Le ravitaillement a permis d’améliorer la situation des militaires français sur place : les réserves de rations, d’eau et de carburant – et donc l’électricité fabriquée à partir de groupes électrogènes – se comptaient en jours.

Cela a aussi permis de préparer leur départ de cette région dite des « trois frontières », entre NigerBurkina Faso et Mali, où ils étaient déployés, dans la lutte antiterroriste aux côtés des Nigériens.

Peu de voies sont utilisables pour quitter le Niger. Les frontières terrestres sont fermées avec le Bénin et le Nigeria. Et les Nigériens interdisent le survol de leur territoire par des avions français, civils et militaires, sauf autorisation dérogatoire.

Les autres frontières ont été rouvertes avec cinq pays, l’Algérie, la Libye, le Burkina Faso, le Mali et le Tchad, où se trouve le commandement des Forces françaises au Sahel, basé à N’Djamena.

Si les containers français sont acheminés vers le Tchad, ils devraient ensuite transiter par le port de Douala, au Cameroun, selon une source proche du dossier.

Les militaires nigériens arrivés au pouvoir le 26 juillet en renversant le président élu Mohamed Bazoum s’étaient rapidement engagés dans un bras de fer avec la France, réclamant le départ de ses soldats et de son ambassadeur.

Fin septembre, Emmanuel Macron avait annoncé le départ de l’ambassadeur de France à Niamey, Sylvain Itté, rentré à Paris fin septembre.

De son côté, l’Algérie a annoncé lundi « surseoir » à sa médiation censée trouver une sortie de crise au Niger, « jusqu’à l’obtention des clarifications qu’il estime nécessaires au sujet de la mise en œuvre de la médiation algérienne » au Niger.

Si le chef de la diplomatie algérienne, Ahmed Attaf, devait se rendre au Niger, les échanges entre les deux chancelleries sur « le programme et le contenu de cette visite » n’ont pas été « concluants », ajoute le ministère marocain des Affaires étrangères.

L’Algérie avait proposé fin août un plan détaillé de transition de six mois. Début octobre, le régime nigérien avait toutefois rappelé que la durée de la transition serait uniquement fixée par un dialogue « national inclusif ».

Quelques jours après son arrivée au pouvoir, le général Abdourahamane Tiani avait annoncé une transition d’une durée maximum de trois ans.

Africa News