Lavrov : « La France s’immisce dans les affaires internes des pays africains »

- Lavrov réagissait à la déclaration du président français Emmanuel Macron selon laquelle "la Russie est derrière la décision du Burkina Faso de demander aux soldats français quittent le pays".

Sergueï Lavrov le 31 août à Moscou (image d'illustration). MAXIM SHEMETOV / POOL / AFP

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré que la France intervenait dans les affaires intérieures des pays africains.

« En soutenant les terroristes en Libye, la France a favorisé le terrorisme en Afrique », a-t-il dit.

En visite à Mbabane, la capitale d’Eswatini, située dans le sud-est de l’Afrique, Lavrov a rencontré le ministre des Affaires étrangères d’Eswatini, Thuli Dladla.

Lors d’une conférence de presse tenue après la rencontre, Lavrov a réagi à la déclaration du président français Emmanuel Macron selon laquelle « la Russie est derrière la décision du Burkina Faso de demander aux soldats français quittent le pays ».

« C’est une question de politique étrangère, nous n’intervenons pas dans les affaires intérieures des autres pays. Les déclarations de Macron montrent que la France le fait », a-t-il affirmé.

Par ailleurs, Lavrov a rappelé qu’une telle chose avait déjà eu lieu au Mali.

D’autre part, le ministre russe a également souligné que « des sociétés militaires privées françaises opèrent en Eurasie. »

« On nous accuse de porter atteinte aux intérêts français en Centrafrique, au Mali et maintenant au Burkina Faso. C’est la mentalité que l’Union européenne (UE) applique partout dans le monde. Cette mentalité a également été utilisée pour l’Ukraine dans les années 2000. « , a-t-il poursuivi.

Lavrov a noté que la France a joué un rôle important dans l’attaque contre la Libye et a conduit à l’effondrement de l’État libyen.

« En soutenant les terroristes en Libye, la France a favorisé le terrorisme que l’on observe encore en Afrique. Il est triste que la mentalité coloniale et la stratégie ‘diviser pour mieux régner’ soient encore utilisées dans la politique étrangère de nos collègues européens et occidentaux », a-t-il indiqué.

Lavrov a conclu indiquant qu’ils étaient d’accord avec l’Eswatini sur la coopération dans le domaine de la sécurité.

Anadolu Agency