frenhaessw

Congrès extraordinaire du MPP 2025 en ligne de mire

Le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) a tenu les 24, 25 et 26 septembre 2021 son deuxième congrès extraordinaire. Venus des 45 provinces du Burkina Faso, les congressistes ont passé en revue la vie du parti et dégagé des perspectives pour l’avenir.

05 Oct 2021    

Ils étaient environ 3500 participants venus des quatre coins du pays et des structures du parti à l’extérieur à prendre part à ce deuxième congrès extraordinaire. Au menu des échanges : examen de la vie du parti et perspectives à court, moyen et long terme. «Poursuivre le renforcement du MPP dans un Burkina Faso réconcilié, résilient et prospère ». C’est autour de ce thème que les travaux se sont déroulés.

Le parti s’est fait l’écho de l’environnement international, africain et national marqués par des situations difficiles au plan politique, économique et social, sanitaire et sécuritaire. Au plan international, la crise du coronavirus ; les changements politiques intervenus aux Etats-Unis, en Allemagne et en Afghanistan ont été évoqués. Au plan africain, la résurgence des crises politiques notamment au Mali ; au Tchad et en Guinée Conakry a été soulevée. Au niveau national, les congressistes ont salué la réélection du Président Kaboré. Ils ont fait cas des attaques terroristes et de l’insécurité qui plombent les efforts de développement et ont interpellés les autorités à prendre les mesures idoines pour un Burkina de paix ; de stabilité et de prospérité.

Le Président sortant Simon Compaoré, a été élevé au rang de Président d’honneur par les congressistes et sur recommandation du Président du Faso. Celui-ci a félicité dans son discours d’aurevoir, les militants du parti pour le travail abattu depuis la création du parti et qui a abouti à l’élection de Roch Marc Christian Kaboré à la Présidence du Faso. Il a remercié ce dernier pour la confiance dont il a bénéficié tout au long de son parcours et invité les militants à poursuivre l’œuvre entamée pour davantage de rayonnement du parti.

A l’occasion il a rappelé son parcours estudiantin et politique. Un parcours de combattant intrépide qui a connu des moments de joie et de peine. Les congressistes ont aussi fait des recommandations, pris des motions et une résolution. Ils ont adressé une motion de félicitations et de soutien au Chef de l’Etat ; une autre au gouvernement ; aux forces de défense et de sécurité ; aux volontaires pour la défense de la patrie ; à certaines structures du parti ; aux partis alliés. Les congressistes ont également fait des recommandations pour un élan de solidarité renforcé en direction des déplacés internes ; sur la vie chère ; pour une meilleure implication de la diaspora dans la construction de la nation entre autres. Comme résolution ils ont demandé la prise de mesures et la poursuite du renforcement de l’assise du parti au pouvoir à travers tout le pays.
Bala Alassane Sakandé en pole position pour 2025

A l’occasion de ce congrès, la direction politique a réaffirmé la ligne du parti qui est la social-démocratie. Les congressistes ont insisté sur la nécessité de la bonne gouvernance et appelés à la prise de sanctions contre les prédateurs de la République. Toute chose qui est naturellement à saluer. Même si on demeure susceptible face à de telles déclarations. Tellement les burkinabè ont été habitué à de pareils leurres.

On fait des déclarations avec fracas qui ne sont jamais suivies d’effets. Parce que ce sont les mêmes depuis le long règne de l’ancien président, Blaise Compaoré qui sont au pouvoir. Avec les mêmes pratiques et mœurs politiques. Mais attendons de voir. S’il est vrai que Président Roch Marc Christian Kaboré veut faire de la bonne gouvernance son cheval de bataille, les habitudes sont tenaces et il n’a sans doute pas toute la latitude de sanctionner des amis politiques. Le fait majeur de ce congrès extraordinaire est sans doute l’ascension du Président de l’Assemblée nationale, Bala Sakandé à la présidence du parti. Car il s’agit bien d’une ascension. En effet, en plus de tenir fermement les leviers du parlement, l’homme tient aussi désormais les rênes du parti au pouvoir. Un véritable pouvoir de fait qui fait incontestablement de lui le N02 du régime en tant que Président du parlement mais aussi du parti. Le Président Roch Kaboré dont c’est le dernier mandat a promu un de ces fidèles lieutenants à la tête du parti. Dans son discours à l’assemblée, l’homme s’est voulu modeste et n’a pas vu en cette promotion une victoire personnelle.

Il a remercié le chef de l’Etat de la confiance en lui placée et appelé les militants au travail ; au pardon ; à la réconciliation et au rassemblement derrière sa personne en vue de l’atteinte du programme présidentiel. Bala Sakandé s’est dit conscient de l’immensité de la tâche qui l’attend. Et compte sur les autres responsables du parti et les militants pour l’aider à mener à bien sa mission. L’homme a dit ne pas avoir pensé à ce poste mais que cela était dû à la volonté des congressistes. Cependant il faut savoir décrypter les choses. Ce congrès à n’en pas douter est le premier vrai tournant décisif pour les échéances présidentielles de 2025. En effet, « qui veut aller loin ménage sa monture ».

Et c’est sans doute conscient de cela que le parti au pouvoir affûte déjà ses armes pour 2025. Le parti n’entend pas laisser le champ libre à l’opposition et prend donc les devants. Pour ce qui est de l’homme, il a la carrure pour succéder à l’actuel président et sauf tremblement de terre ou cas de force majeure, il est bien parti pour être le prochain président du Faso après Roch Kaboré. Si quelques jeunes loups à l’image de Mathias Tankoano (chargé des questions électorales) ont été aussi promus à l’occasion, il n’y’a pas eu de bouleversements importants. Et le parti doit travailler davantage au rajeunissement de ses instances mais aussi de celles de l’Etat. En d’autres termes la vieille garde doit céder la place aux jeunes et on a l’impression que cela prend trop de temps. Peut-être qu’en 2025 le nouveau président viendra avec une autre équipe composée de jeunes. Attendons donc de voir. L’ombre de Salif Diallo a plané sur le congrès. En effet, les présidents sortant et entrant lui ont rendu un vibrant hommage. Le Président du Faso a délivré un message aux congressistes. Il a félicité le parti pour les victoires engrangées. Mais il a aussi demandé plus de synergie d’action entre le parti et le gouvernement et a souligné la pertinence du thème choisi.
ANGELIN DABIRE

Abonnez-vous à la chaine Youtube d'Afrique Media

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741