frenhaessw
Banner Top
 

Le Burkina Faso décrète un deuil national après une attaque faisant 41 morts

Au Burkina Faso, un deuil national de 48 heures a été décrété par le président Roch Marc Christian Kaboré après le massacre de 41 personnes dans une attaque attribuée aux groupes djihadistes. Des commerçants sous escorte de supplétifs civils de l’armée sont tombés dans une embuscade jeudi 23 décembre, alors qu’ils tentaient de ravitailler la commune de Titao, dont les accès étaient sous le contrôle des groupes armés. Les habitants d'Ouagadougou disent avoir le « cœur serré »

27 Déc 2021    
Roch Marc Christian Kaboré, président du Burkina Faso, à Ouagadougou, le 1er juillet 2021. Roch Marc Christian Kaboré, président du Burkina Faso, à Ouagadougou, le 1er juillet 2021. AFP - OLYMPIA DE MAISMONT

C’est le calme dans les différents bars ou bistrots de la capitale, depuis l’annonce de la mort d’une quarantaine de personnes, dont le célèbre volontaire Soumaïla Ganamé dit Ladji Yoro, dans l’attaque contre un convoi de commerçants sur l’axe Ouahigouya-Titao.

« Ce que nous venons de voir récemment à Titao est une situation qui nous met vraiment mal à l’aise. Nous voulons la paix dans ce pays », en dit un. « C’est un deuil que nous vivons atrocement. Le deuil national est venu confirmer celui des populations, c’est vraiment à cœur serré et en tristesse que nous vivons ce deuil », poursuit un autre habitant.

Pour Nobila Zinsoni, la soixantaine, un poste radio collé à l’oreille, le gouvernement doit tout mettre en œuvre pour éviter un autre deuil national, surtout avec les pertes enregistrées parmi les supplétifs civils de l’armée : « Il faut que l’État mette vraiment les moyens, l’heure est grave, le moral est vraiment touché, je suis vraiment peiné. Notre Burkina, on ne reconnaît plus, on est presque divisés. »

Boukari Konombo est le président du mouvement « le brassard noir ». Il en appelle aux organisations sous régionales pour éviter que le Burkina Faso ne plonge dans un conflit inter communautaire, avec la multiplication des attaques et leur lourd bilan :

« Il faut que la communauté internationale ait un regarde particulier sur le Burkina Faso. Parce que nous ne sommes pas loin d’une guerre inter-communautaire ou civile. »

L’armée a rendu hommage à l’engagement « patriotique » de l’ensemble des volontaires pour la défense de la patrie (VDP), et en particulier à l’héroïsme de Ladji Yoro qui a été inhumé dimanche 26 décembre à Ouahigouya.

 Source: Rfi

Abonnez-vous à la chaine Youtube d'Afrique Media

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741