frenhaessw

Kenya : des adolescents accros aux paris

Daniel Mwilu n’a que 17 ans, mais est déjà accros aux paris depuis l‘âge de 14 ans. Aujourd’hui, il est dans l’un des nombreux coins de jeu du Kenya, jouant aux machines à sous avec ses amis de l‘école.

05 Aoû 2019    

À seize ans, il a été arrêté lors d’une descente de police dans une autre salle de jeu, alors qu’il jouait aux machines à sous. Il a été enfermé dans des cellules de police pour mineurs pendant deux nuits jusqu‘à ce que ses parents soient venus le chercher.

Daniel dit que son arrestation a amené ses camarades de classe à avoir une opinion négative de lui.

“Après avoir été arrêté, à l‘école, les autres élèves m’ont pris pour un joueur, un garçon grossier, un escroc, donc je ne me sentais pas bien à l‘école, ce qui m’a fait abandonner l‘école et ce fut vraiment horrible.

Mais ses démêlés avec la justice n’ont pas mis fin à son habitude. Sa mère, Ann Mwilu, a été choquée d’apprendre que son fils avait été arrêté. Mais cela expliquait pourquoi l’argent disparaissait de la maison. Elle se doutait que son fils lui volait de l’argent.

Au Kenya des applications de téléphonie mobile comme MPESA permettent aux gens de payer leurs factures et beaucoup d’autres choses en transférant de l’argent de leur téléphone.

Mais avec la facilité des services bancaires par portable, les gens peuvent parier sur n’importe quoi, des matchs de football aux courses de chevaux. Des paris qui ont peu ou pas de réglementation sur la participation des mineurs.

“J’ai maintenant vu beaucoup d’inconvénients parce qu’on m’a donné 2 000 shillings (20 USD) pour payer les frais de scolarité, mais je ne l’ai pas payé parce que je l’ai économisé pour pouvoir l’utiliser dans mes activités de paris “, dit Bernard Otieno, 17 ans.

Les enseignants de Bernard disent qu’il est l’un de leurs élèves les plus brillants en classe, surtout en mathématiques, mais ses notes n’ont cessé de baisser depuis qu’il a commencé à jouer, explique la directrice de son école, Angela Tsuma.

“C’est presque comme se droguer parce que c’est en fait une dépendance “, dit Tsuma, qui a remarqué une augmentation constante de l’absentéisme et une baisse des performances qu’elle attribue à l’engouement pour le jeu.

“On m’a dit de mettre fin aux paris, j’ai essayé, mais c’est impossible pour moi, je parie en secret “ déclare Bernard.

Le porte-parole de la police du Kenya, Charles Owino, reconnaît le problème, mais affirme qu’il n’y a pas grand-chose à faire pour y remédier.

“Le seul grand défi que nous avons, c’est que les enfants ont accès au téléphone, et le téléphone a permis aux gens d’accéder très facilement à beaucoup d’informations, non seulement sur les paris, mais aussi à beaucoup d’autres informations auxquelles nous ne voulons pas que les enfants aient accès “, dit Owino.

Le site de paris en ligne SportPesa a une section pour encourager les parents à surveiller les activités de leurs enfants et à télécharger des applications de contrôle parental qui limitent l’accès aux sites Web de paris et offrent une réorientation vers des groupes de joueurs dépendants pour ceux qui se sentent hors de contrôle avec leurs habitudes de jeu.

Récemment, le gouvernement a révoqué plus de 27 licences d’entreprises de jeux de hasard en ligne et a brûlé des milliers de machines à sous. 

Avec africanews

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741