frenhaessw

Tchad: l’opposition menace de perturber la conférence des bailleurs à Paris

L’opposition tchadienne monte au créneau pour exiger le respect des règles démocratiques et de bonne gestion, à quelques semaines de l'organisation d'une table ronde à Paris pour le financement du Plan national de développement. L'opposition exige un dialogue politique inclusif et menace d'organiser une contre-manifestation à Paris si elle n'est pas entendue.

24 Aoû 2017    
Saleh Kebzabo, président de l’Union nationale pour le développement et le renouveau (UNDR), lors d'une rencontre à Ndjamena le 23 avril 2011. © Gael COGNE / AFP Saleh Kebzabo, président de l’Union nationale pour le développement et le renouveau (UNDR), lors d'une rencontre à Ndjamena le 23 avril 2011. © Gael COGNE / AFP © Gael COGNE / AFP

Le 10 août dernier, alors qu’il recevait la classe politique, le chef de l’État tchadien à qui l’opposition avait demandé un dialogue politique inclusif, a fermé la porte à cette éventualité. Ce mardi 22 août, le chef de l’opposition est revenu à la charge, avec cette fois la menace d’une contre-manifestation organisée pendant la table ronde pour le financement du Plan national du développement (PND) du Tchad, prévue du 6 au 8 septembre prochain à Paris.

« Le montant global de l’opération de développement s’élève à un peu plus de 5 000 milliards de francs CFA. Et le gap recherché se situe, public et privé confondus, autour d’un peu plus de 3 700 milliards de francs CFA [5 milliards d'euros, NDLR] », expliquait à RFI, le 8 juin dernier, Ngueto Tiraïna Yambaye, le ministre tchadien de l’Economie et de la planification du développement.

Contre-conférence à Paris

« Nous ne sommes pas contre les aides dont pourrait bénéficier notre pays, mais nous exigeons l’organisation d’un dialogue inclusif après la réunion de Paris », martèle Saleh Kebzabo, le chef de l’opposition. « Si le gouvernement s’enferme dans sa logique d’exclusion, nous n’excluons pas la possibilité de l’envoi d’une délégation de l’opposition à Paris pour une contre-conférence en rapport avec la société civile. »

 

L’opposition exige aussi l’organisation des élections législatives. Des élections qui sont censées avoir lieu depuis 2016, mais qui sont reportées sine die. Elle exige également que cesse le harcèlement des opposants et des militants des droits de l’homme.

« L’application des lois pour une vie démocratique réelle, l’ouverture des médias publics à l’opposition, la cessation des arrestations arbitraires et enfin la libération immédiate et inconditionnelle de Laokein Médard [le maire de Moundou, destitué et actuellement incarcéré dansle cadre d'une affaire de détournements présumée, NDLR] », liste Saleh Kebzabo.

Mardi soir, en conférence de presse, la ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, a appelé à l’union sacrée autour du financement du plan national de développement. « C’est une cause nationale », a exhorté Madeleine Alingué.

Source RFI

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741
Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde