frenhaessw

Congo Brazzaville : attaque dans la capitale, le gouvernement dément

Le gouvernement congolais dément les rumeurs selon lesquelles des miliciens Ninjas Nsiloulous, dirigés par le chef rebelle Frédéric Bintsamou, alias Pasteur Ntumi, caché dans le sud du pays, prépareraient des attaques contre les habitants de Brazzaville, la capitale du pays. Les autorités congolaises, qui qualifient ces informations de «mensonges fantaisistes», appellent les populations à ne pas céder à la panique.

08 Jui 2017    
Entre 1998 et 2003, le département de Pool, dont la majorité des miliciens Ninjas sont originaires, a connu de violents affrontements entre ces derniers et l'armée régulière congolaise. Entre 1998 et 2003, le département de Pool, dont la majorité des miliciens Ninjas sont originaires, a connu de violents affrontements entre ces derniers et l'armée régulière congolaise. (Crédits : Reuters)

 Des rumeurs sur une éventuelle attaque à Brazzaville, la capitale du Congo, sèment la panique parmi les Congolais ces derniers jours. Seulement, ces informations véhiculées sur les réseaux sociaux, invitant les populations à fuir le plus vite possible la ville pour échapper à une probable attaque des miliciens Ninjas Nsiloulous qui soutiennent la cause de Frédéric Bintsamou, alias Pasteur Ntumi, ont fait l'objet d'un démenti relayé samedi, 3 juin par le gouvernement congolais.

Appel au calme

Et c'est le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Thierry Moungalla, qui a pris le micro hier pour rassurer ses compatriotes congolais. Dans une déclaration radiodiffusée, le ministre appelle les populations de Brazzaville et de ses environs à ne pas céder à la panique.

«Je voudrais attirer l'attention de nos compatriotes et rassurer l'opinion nationale et internationale sur le fait que les éléments stratégiques et opérationnels qui sont en la possession du gouvernement n'impliquent aucunement une psychose dans notre pays», a-t-il affirmé auprès de l'agence Xinhua, tout en précisant que l'Etat congolais qui ne cédera à aucune menace, «a pris ses responsabilités et ne se laissera pas faire».

«Mensonges fantaisistes»

«Il n'y a rien qui justifie cette psychose. La situation du pays de manière globale et générale est sous le contrôle du gouvernement de la République pour le compte de l'Etat, il n'y a donc pas lieu de paniquer, ni de sortir les choses qui relèvent des fantasmes qui viennent des réseaux sociaux», a-t-il encore indiqué.

Le porte-parole du gouvernement ira plus loin. En appelant les congolais à faire preuve de calme et de discernement afin de ne pas tomber dans les «travers des réseaux sociaux qui véhiculent la plupart du temps des informations erronées», le ministre n'hésite pas à qualifier ces rumeurs de «totalement mensongères, voire totalement fantaisistes».

Le sud, une région chaude

Si la rumeur fait peur au Congo, c'est parce que le pays est tenaillé par les miliciens Ninjas Nsiloulou qui sévissent parmi les populations locales, notamment dans le département du Pool, situé au sud du pays. Cette région, où serait retranché actuellement le Pasteur Ntumi, chef des miliciens Ninjas Nsiloulou et qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt délivré par la justice congolaise, a été le théâtre de violents affrontements entre 1998 et 2003 ayant opposé l'armée régulière congolaise et les miliciens. En mars 2016, le département du Pool est retombé dans la violence après la présidentielle remportée par le président Denis Sassou Nguesso. Le gouvernement congolais et les rebelles tentent vainement depuis de nouer le dialogue.

Avec latribune

 

 

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741