frenhaessw

Cameroun: désaccord autour des prochaines sénatoriales

Au moins deux partis politiques dénoncent les conditions d’organisation des sénatoriales prévues le 25 mars prochain. Entre temps, neuf autres partis sont en compétition pour conquérir les 70 sièges en jeu.

10 Mar 2018    

 Neuf partis politiques entrent en campagne électorale dès ce week-end au Cameroun. Si l’enthousiasme peut se noter dans les neuf partis en compétition, le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) de Maurice Kamto boycotte ces sénatoriales.

Le MRC estime qu’il aurait fallu organiser d’abord les élections municipales dont les vainqueurs constituent selon la loi le corps électoral des sénatoriales, plutôt que de reconduire les mêmes élus de 2013.

Le Mouvement pour la nouvelle indépendance et la démocratie (Manidem) va plus loin pour déclarer qu’aucune élection crédible ne pourrait logiquement se tenir au Cameroun cette année.

L'union avant les élections

"Le pays ne peut pas être à feu et à sang. Les enfants du Cameroun se battent entre eux, ce qui est inédit, et les gens pensent qu’il faut aller nécessairement au Sénat. Les élections ne servent pas à grand-chose cette année. Le problème le plus important aujourd’hui, c’est mettre les Camerounais ensemble pour qu’on puisse résoudre nos problèmes, entre autre, le problème anglophone" explique Ndogmo Fils Valentin, Vice-président du directoire du Manidem.

Avec DW

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741
Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde