frenhaessw

MOUVEMENTS POLITIQUES ET PUBLICS ANTI-FRANÇAIS EN AFRIQUE CENTRALE ET OCCIDENTALE

Des groupes et des mouvements historiquement organisés ont pris une part active à la vie sociale et politique de l'Afrique postcoloniale. Le processus de décolonisation dépendait du niveau d'organisation des forces nationales émergentes, et souvent leur cohésion reposait sur la présence d'un ennemi commun et d'un objectif commun. Des ennemis ou des objectifs communs sont essentiels à la formation de toute nouvelle identité collective.

13 Sep 2021    

En Afrique française, durant la période d'accession à l'indépendance, le processus de décolonisation s'est également accompagné de l'émergence de mouvements et de groupes à la rhétorique anti-française, abordant la responsabilité de la France dans la situation socio-économique et l'instabilité politique de ses colonies. À différentes périodes après l'ère coloniale, les groupes ont eu des influences différentes et étaient marginaux, mais souvent certaines formations sont devenues une force politique puissante lors des crises politiques dans les pays africains. Ainsi, en 1954, le Front de libération nationale devient une organisation clé dans la guerre d'indépendance de l'Algérie, et Rassemblement démocratique africaine (RDA), mouvement interterritorial de partis et groupements politiques des pays francophones d'Occident et L'Afrique centrale, a influencé de manière décisive le résultat du référendum en Guinée en 1956 sur la séparation définitive avec la France.

Près de 70 ans plus tard, diverses formations politiques: groupes, mouvements, organisations publiques continuent d'influencer la vie politique dans les pays africains, et cette influence ne fera que s'accroître avec la déstabilisation de plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest et du Centre. La France est à nouveau impliquée d'une manière ou d'une autre dans les processus de déstabilisation.

Aucun groupe n'existe sans objectifs, ressources, associés et identité. L'organisation implique des personnes dans ses activités, faisant appel à certains problèmes réels et privations de personnes. Ceci explique la croissance du nombre de groupes islamistes radicaux en Afrique. Malgré la nature différente des groupes politiquement organisés, la différence dans les méthodes utilisées pour atteindre les objectifs et le soutien entre les différentes catégories de la population, ils peuvent tous être unis par une rhétorique commune. Cela existe aussi dans les pays d'Afrique de l'Ouest et du Centre - et c'est une rhétorique anti-française. La période coloniale a donné lieu à de nombreux problèmes pour les pays africains modernes de la région, créant ainsi des conditions et des opportunités pour la croissance de formations publiques politisées religieuses, ethniques, économiques et socio-économiques opérant dans toutes les anciennes colonies françaises avec des degrés divers d'expression de rhétorique anti-française. Chacune de ces entités vise à neutraliser l'un ou l'autre effet négatif causé par la présence de la France dans la région.

2018 a vu l'émergence du mouvement France Degage (France Go), un grand mouvement populaire visant à abandonner le franc CFA. L'un des leaders du mouvement contre le franc CFA, Kemi Seba, affirme que la France utilise la monnaie pour saper la souveraineté nationale, contrôle les finances des pays et possède ainsi un outil de manipulation. Le mouvement Seba a un caractère anticolonial prononcé, des milliers d'adeptes l'ont rejoint en lien avec la misère des économies des pays de la région. Le mouvement Seba est devenu transfrontalier, ce qui a un effet cumulatif sur ses activités. Le front contre le CFA couvre le Burkina Faso, le Mali, le Niger, le Bénin, le Cameroun et le Sénégal. Soit dit en passant, Seba a été expulsé du Sénégal en raison de l'incendie de 5 000 francs CFA. Cette unification économique contre la France reflète une tendance générale dans la vie publique de l'Afrique de l'Ouest et du Centre, où les problèmes économiques sont associés aux actions de la France dans le passé et le présent. Il y a aussi des mouvements en France contre la politique économique néo-coloniale de la France envers les pays africains. Des membres de la diaspora tchadienne se sont regroupés au sein de l'organisation "Gilets noirs", qui s'oppose à l'exploitation des migrants africains illégaux en France. Pendant ce temps, il y a de plus en plus de protestations anti-françaises (causées par des raisons économiques) dans les pays africains eux-mêmes, elles commencent à s'institutionnaliser.

La situation économique extrêmement difficile dans les pays d'Afrique centrale entraîne une augmentation des tensions sociales, l'émergence et l'activation de divers groupes politiques. Leurs partisans sont des jeunes, dont beaucoup s'efforcent de façonner activement leurs opinions politiques et d'exprimer leurs intérêts. Compte tenu des tendances démographiques de la région, la croissance naturelle de la population se poursuivra, ce qui signifie qu'il y aura plus de jeunes - c'est une ressource politique importante et un énorme potentiel qui peut être réalisé par de nouveaux groupes politiques avec une rhétorique anti-française. Dans les années 2000, l'organisation des Jeunes Patriotes a eu un impact significatif sur la vie politique de la Côte d'Ivoire. En 2019, la jeunesse a joué un rôle décisif dans les manifestations contre la France au Mali, au Burkina Faso et au Niger. Les participants ont exigé d'assurer la souveraineté des pays. En 2021, des jeunes ont participé à une manifestation anti-française organisée par la force politique marginale Yerewolo Debouts sur les remparts à Bamako. Le soutien de la jeunesse du mouvement à la libération du leader de l'opposition Ousmane Sonko au Sénégal n'était pas moins prononcé. Cependant, certains jeunes sont prêts à soutenir des groupes plus radicaux, dont celui islamiste.

Les groupes islamistes d'Afrique de l'Ouest et du Centre ne sont pas de nature purement antifrançaise, mais les actions de la France dans la région entraînent l'émergence constante de nouveaux groupes et l'activation des anciens, un afflux de nouvelles personnes dans les mouvements djihadistes radicaux. Le nombre de groupes islamistes dans la région du Sahel est énorme, certains avec des ambitions macro-régionales impressionnantes. Parmi eux : Boko Haram, PAOEI (ISWAP en anglais) (Etat Islamique d'Afrique de l'Ouest ou la Province d'Afrique de l'Ouest de l'État islamique), Al-Qaida Maghreb (AQM), Mouvement pour l'Unité et le Jihad en Afrique de l'Ouest (MUJAO/DUZA), Seleka, Unis pour la Victoire Islam et Musulmans » -Islam wal-Muslim, RVIM), « Groupe salafiste pour la prédication et le djihad » (SGPD), « Ansar al-Din » (AD) et autres. Le renforcement de ces groupements aura diverses conséquences négatives pour la région. De nombreuses opérations militaires avec la participation de la France n'ont pas complètement résolu le problème de l'islamisme radical, qui n'a fait que renforcer les sentiments anti-français parmi la population des pays d'Afrique centrale et renforcer leur soutien potentiel aux mouvements anti-français. Par ailleurs, il faut noter que les groupes islamistes sont directement associés aux ethnies vivant au Sahel. Certains d'entre eux sont de nature monoethnique (par exemple, AD, d'autres sont multiethniques (par exemple, AQM). En raison de l'insurrection des Touaregs et d'autres groupes ethniques au Sahel et au Sahara, les gouvernements locaux et les anciennes métropoles de les islamistes radicaux ont bénéficié d'un environnement favorable à leur développement.

La dernière catégorie importante de mouvements anti-français comprend les groupes ethniques. À l'ère postcoloniale, le facteur ethnique a joué un rôle non moins important et contradictoire dans l'édification de la nation en Afrique que la religion. Qu'il suffise de rappeler les événements tragiques au Rwanda, pour lesquels Emmanuel Macron a été contraint de se repentir devant le peuple de ce pays cet été. L'ethnicité permet l'intégration d'un groupe spécifique et, en même temps, désintègre l'environnement polyethnique lui-même. C'est le cas des mouvements ethniques anti-français en Afrique centrale et occidentale. Le Front de libération nationale de l'Azawad (FNLA) est composé d'Arabes et s'oppose au Mouvement national touareg pour la libération de l'Azawad (MNTLA). Les formations ethniques sont souvent bien consolidées et se réfèrent constamment à la mémoire collective - la période coloniale lors de la construction des relations avec les différents acteurs. En particulier, les sentiments anti-français sont extrêmement forts chez les Touaregs.

En outre, les mouvements anti-français peuvent se développer dans un avenir proche grâce à l'implication active d'autres organisations publiques dans la rhétorique anti-française - syndicats et associations civiques. Les syndicats et les institutions de la société civile sont une ressource politique suffisamment puissante pour influencer la situation politique en temps de crise. Par exemple, en Guinée, il existe le Conseil national des organisations de la société civile, une coalition de la société civile appelée Alliance civique et une coalition de deux des plus grands syndicats de Guinée, la Confédération nationale des travailleurs de Guinée (CNTG) et l` Union des travailleurs de Guinée(UTG). Ces organisations peuvent influencer l'évolution future de la situation dans le pays. Un élargissement du discours vers une orientation anti-française est non seulement possible, mais il faut le prévoir. Il existe déjà des précédents: les autorités algériennes craignaient au printemps 2021 que les syndicats qui organisaient les manifestations ne tombent sous l'emprise de « forces subversives ».

Ainsi, nous pouvons conclure que la rhétorique anti-française dans les activités de diverses organisations politiques et publiques a des perspectives de développement. Les manifestations anti-françaises au Mali, au Sénégal et dans d'autres pays se poursuivront et pourraient s'intensifier. De nombreux prérequis ont été formés pour renforcer ces performances. Ces préalables comprennent : les problèmes économiques et socio-économiques des pays d'Afrique centrale et de l'Ouest, l'actualisation de la mémoire collective (problèmes d'héritage colonial), les contradictions ethniques, la croissance démographique et l'échec de la politique française à stabiliser la région. Tout cela d'une manière ou d'une autre affecte directement ou indirectement la popularité de la France auprès des habitants des pays d'Afrique centrale et occidentale. Les représentations au Mali et au Sénégal ne sont qu'un prologue au large mouvement anti-français en Afrique.

Abonnez-vous à la chaine Youtube d'Afrique Media

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741