frenhaessw

Les artistes folkloriques maintiennent les traditions vivantes au Tibet

Le Tibet est souvent décrit comme une "mer de chants et de danses". Au fil des décennies, la culture traditionnelle de la région a connu une renaissance et ses arts du spectacle sont également florissants. Nous sommes partis à la rencontre de quelques artistes de la troupe de musique et de danse du Palais du Potala.

03 Fév 2021    


Après avoir chanté toute la journée, Tashi Tsering peut enfin déguster une tasse de thé sucré. Il a également le temps de jouer de la musique. Il y a 70 ans, alors qu'il n'était âgé que de 10 ans, Tashi Tsering a été sélectionné parmi des dizaines de milliers d'enfants pour rejoindre la troupe de musique et de danse du Palais du Potala.

Issu d'une famille aisée, il avait jusque-là connu une enfance insouciante et heureuse. Rejoindre la troupe de musique et de danse aura transformé sa vie. Désormais, son développement s'est concentré presque entièrement sur la formation intensive requise pour devenir un interprète professionnel de la danse traditionnelle Gar. Le Gar est une forme de musique de cour et de danse tibétaine, qui n'a lieu que lors des occasions les plus spéciales.

"Mes parents ne voulaient pas que j'étudie le Gar, car c'est épuisant. En tant qu'élève de Gar, je n'avais pas de temps pour moi. Je devais me lever à 4 heures du matin quand le tambour était battu et me précipiter à l'entraînement. Vous ne pouviez pas vous la couler douce. Pendant que je dormais encore, l'enseignant nous disait de nous lever, car nous devions nous dépêcher. Si vous étiez l'un des derniers, vous étiez giflé. Le dernier des 20 élèves recevait 19 gifles. Les règles pour se lever étaient très strictes", a déclaré Tashi Tsering, artiste folklorique tibétaine.

La troupe de musique et de danse du Potala a été formée au 17ème siècle, à l'époque du 5ème Dalaï Lama. En tant que seule troupe officielle de musique et de danse au Tibet, elle a régulièrement procédé à des recrutements. Des garçons âgés de 10 ans, une vingtaine à la fois, étaient invités à se joindre à la troupe. Dans la salle d'art populaire de la région autonome du Tibet, des artistes en costume traditionnel reproduisent l'art ancien du chant et de la danse du Langma-Duixie. Nyima Tsamchoe, l'interprète principale, est une ancienne élève de Tashi Tsering. Les deux se sont rencontrés lorsqu'elle était enfant. Il lui rendait régulièrement visite chez elle, accompagné d'autres artistes folkloriques.

"Beaucoup de vieux artistes et membres de la troupe folklorique venaient chez moi. Ils interprétaient le Langma-Duixie. C'est ainsi que j'ai connu cet art ancien. Je les ai regardés chanter et danser. Sous leur influence, j'ai peu à peu appris moi-même", a dit Nyima Tsamchoe.

Alors que la culture traditionnelle du Tibet connaît une renaissance, le Langma-Duixie est également en plein essor. Il a été reconnu comme faisant partie du patrimoine culturel immatériel du pays, et sa popularité s'est répandue à travers la Chine et même à l'étranger. En 2007, après avoir pris sa retraite d'enseignant de chinois à l'école primaire, Nyima a rejoint un groupe de maîtres de Langma-Duixie. Elle estime qu'elle a la responsabilité de transmettre cet art.

"Tashi Tsering attend beaucoup de moi. En supervisant mon développement, il m'a dit que je ne devais pas simplement apprendre à chanter et à danser. Je devais maîtriser l'art et le transmettre. Je dois terminer la mission qu'il a commencée", a ajouté Nyima Tsamchoe.

Travaillant sans relâche, chaque jour, Nyima Tsamchoe a formé plus de 10 000 passionnés de Langma-Duixie. Grâce à son dévouement, l'avenir de cette forme d'art typiquement tibétain semble assuré.

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741