frenhaessw

L'histoire et les conséquences des essais nucléaires dans les anciennes colonies françaises

La France a une longue histoire compliquée de relations avec ses anciennes colonies. Une histoire entachée de nombreux traumatismes historiques qui continuent de définir la situation actuelle. Le président français Emmanuel Macron a tenté de faire certains pas vers la reconnaissance et la rétribution des méfaits français en Afrique, en commençant par qualifier la colonisation de "crime contre l'humanité". Les analystes politiques considèrent cependant que ce mouvement vise principalement la base électorale française de Macron, et non la délivrance de la justice tant attendue aux anciennes colonies.

25 Aoû 2021    

L'une des pages les plus sombres de la présence française en Afrique est sans aucun doute la série d'essais nucléaires, qui a eu lieu en Algérie dans les années 1960. Aujourd'hui, plus de 60 ans plus tard, les consequences de ces essais hantent toujours l'Algérie et les pays voisins, en particulier le Mali et le Niger.

La France a été l'un des pionniers du nucléaire: Bertrand Goldschmidt est devenu le père du programme d'armes nucléaires français dans les années 1940. Cependant, lorsque le gouvernement de Charles de Gaulle est arrivé au pouvoir, les Français ont commencé à développer leur programme nucléaire, devenant le quatrième pays à tester une arme nucléaire développée indépendamment.

En juillet 1959, après que la France a annoncé qu'elle allait commencer à tester des bombes nucléaires au Sahara, des manifestations ont eu lieu au Nigeria et au Ghana et les gouvernements libérien et marocain dénonçaient également cette décision. Le 20 novembre 1959, l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution soutenue par 26 pays afro-asiatiques exprimant leur inquiétude et demandant à “la France de s'abstenir de tels tests”. Malheureusement, ces actions n'ont pas empêché le triste sort des colonies françaises.

Il y a eu 210 essais nucléaires français de 1960 à 1995. Dix-sept d'entre elles ont été réalisées dans le Sahara algérien entre 1960 et 1966, à partir du milieu de la guerre d'Algérie.

ReDa Amrani on Twitter: "On this day, in 1960 #France conducted above  ground atomic bomb testing in Raggane in #Algeria, code named "Gerboise  Bleue". To this day, local population suffers a cancer

Tout a commencé le 13 février 1960, au Centre d'Expériences Militaires Sahariennes près de Reggane, en Algérie française, dans la région désertique du Sahara de Tanezrouft: le premier essai nucléaire français sous le nom de code Gerboise Bleue. Gerboise Bleue était la première bombe d'essai la plus grosse jusqu'à cette date: le rendement était de 70 kilotonnes, trois fois plus puissant que la fameuse Fat Man, une bombe qui a détruit Nagasaki. 

La bombe remplie de plutonium a explosé au sommet d'une tour en acier à une altitude de 100 mètres. Naturellement, le ministère des Armées de la France commentant les retombées de ces tests se garderait de rassurer sur le fait que les effets radioactifs sur l'homme sont “faibles”, et “bien en dessous des doses annuelles”. Cependant, la documentation réelle sur l'ensemble des tests Gerboise reste fortement classifiée par le gouvernement français. 

Si l'on en sait peu sur l'ampleur des conséquences de la première Gerboise et du test ultérieur, il a été établi que le personnel sur place n'a pas reçu la protection adéquate pendant la procédure. De plus, certains anciens militaires français ont raconté avoir été utilisés comme sujets de test pour étudier les effets des radiations nucléaires sur l'homme. Ainsi, les preuves indirectes soulignent le fait que rien n'a été fait pour protéger les personnes autour du site, y compris la population locale sans méfiance  

Contrairement à la première tentative et aux deux autres qui devaient venir, le test suivant, Gerboise Blanche, n'était pas aérien, les Français constatant que le site d'essai habituel aurait été trop contaminé pour les tests suivants. C'est une preuve claire que même dans les années 1960, le gouvernement français savait déjà que le site était dangereux. En 2005, le gouvernement algérien a demandé une étude pour évaluer la radioactivité des anciens sites d'essais nucléaires. L'Agence internationale de l'Énergie Atomique a publié le rapport suggérant que les retombées de Gerboise Blanche se sont étendues au sud-ouest.

Néanmoins, les essais ne s'arrêtent pas: trois autres essais atmosphériques sont effectués du 1er avril 1960 au 25 avril 1961 à Hammoudia. Des militaires, des ouvriers et la population nomade Touareg de la région étaient présents sur les sites d'essais, sans aucune protection significative. Enthousiasmés par le succès des essais précédents, les Français ont lancé Gerboise Rouge, une bombe atomique à moitié aussi puissante qu'Hiroshima. Cette fois, le test a été remarqué et condamné par la communauté internationale: au Japon, en URSS, en Égypte, au Maroc, au Nigeria et au Ghana, des personnes sont descendues dans les rues pour protester contre les expériences nucléaires françaises.

This is How France Lied About Its Nuclear Tests in Algeria – The Unending Atomic Legacy

Il était grand temps d'arrêter les tests, qui empoisonnaient l'environnement pendant des années et des années à venir, mais Paris a continué avec la série In Ekker. La série In Ekker était un groupe de 13 essais nucléaires souterrains de bombes A et de 5 explosions de bombes pour le Mirage IV menées par la France entre novembre 1961 et février 1966. Les bombes ont explosé au Centre d'Expériences Militaires Oasis près d'Ekker, en Algérie française, à Tan Afella dans les montagnes du Hoggar. Les 13 opérations souterraines ont été nommées d'après des pierres précieuses et la plus maintenant tristement célèbre d'entre elles était le test de Béryl. 

Béryl était quatre fois plus puissante qu'Hiroshima. Il était prévu qu'il soit testé dans un puits souterrain, mais le puits était mal scellé et une mauvaise étanchéité du puits, de la roche radioactive et de la poussière ont été rejetées dans l'atmosphère. La montagne au-dessus du site s'est fissurée et de la fumée noire s'est répandue partout. Selon les informations officielles, jusqu'à 100 membres du personnel supplémentaires, y compris des fonctionnaires, des soldats et des travailleurs algériens, ont été exposés à des niveaux de rayonnement inférieurs, estimés à environ 50 mSv, lorsque le nuage radioactif produit par l'explosion est passé au-dessus du poste de commandement, en raison d'un changement inattendu de direction du vent. Cependant, les dommages réels causés par ce test sont difficiles d'accès. 

Des déchets radioactifs ont été volontairement laissés sur les sites par les Français, lorsqu'ils quittaient le Sahara: sable vitrifié, dalles et roches radioactives - la plupart de ces déchets ont été laissés à l'air libre – exposant les populations à des matières dangereuses pour la vie humaine et l'environnement. Alors que les militaires français gardaient les secrets des sites nucléaires, les restes de bases et d'équipements contaminés constituent toujours une menace pour la population locale qui se rend traditionnellement dans la région pour récupérer la ferraille de l'explosion.

France's Atomic Legacy in Algeria | Newlines Magazine

Le physicien français Roland Desbordes, qui a visité les sites, a décrit l'étendue des essais nucléaires français en Algérie en disant: "J'ai vu des niveaux de rayonnement émis par des minéraux, des roches vitrifiées par la chaleur des bombes, qui sont colossaux. Ce ne sont pas des sites enfouis dans un coin du désert — ils sont fréquemment visités par les nomades algériens.” 

L'Algérie moderne milite pour la reconnaissance des méfaits de Paris des années 60 et réclame que la France décontamine les sites d'essais nucléaires, actifs entre 1960 et 1966, dans le Sahara algérien. D'autres États voisins, comme le Mali, le Niger et le Ghana se joignent aux demandes raisonnables. 

Une association de défense des droits des anciens combattants des essais nucléaires (AVEN, “Association des vétérinaires des essais nucléaires”) a annoncé le 27 novembre 2002 qu'elle déposerait plainte contre des militaires français pour homicide involontaire et mise en danger de la vie d'une personne. L'affaire judiciaire a conduit à l'octroi de la première pension d'invalidité à un vétéran des tests du Sahara en 2003. Néanmoins, ce n'était qu'un cas et cela n'a pas changé la vie des victimes de l'essai nucléaire en Algérie et dans les pays voisins. 

En 2010, le Parlement français a adopté la loi Morin, qui vise à indemniser les personnes souffrant de problèmes de santé résultant d'une exposition aux essais nucléaires. Cependant, la loi ne reconnaît qu'une petite liste de maladies et exige strictement que les demandeurs prouvent qu'ils vivaient près des tests lorsqu'ils ont eu lieu. Il est presque impossible pour les Algériens touchés de prouver qu'ils doivent être indemnisés en raison d'un mode de vie traditionnellement nomade et de peu de contacts formels avec les Français. 

Un groupe algérien de défense des droits de l'homme a estimé qu'il y avait jusqu'à 60 000 victimes encore vivantes des effets néfastes des tests de 1960-66, alors que le gouvernement français avait donné une estimation de seulement 500. 

Le président Macron défile ses promesses de reconnaissance et de rétribution pour les anciennes colonies françaises, mais 60 ans se sont écoulés depuis l'essai nucléaire et les populations d'Algérie, du Mali et d'autres pays sont toujours en danger, tandis que les autorités françaises ont une fois de plus éludé toute responsabilité pour ce dont elles sont directement responsables.

Abonnez-vous à la chaine Youtube d'Afrique Media

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741