frenhaessw

Cri d'alerte de femmes au Cameroun: «Nous ne souhaitons pas accueillir des Casques bleus»

Le Cameroun est traversé par des crises protéiformes qui menacent sérieusement la cohésion nationale. Alors que beaucoup redoutent l’implosion, vingt femmes sollicitent l’Onu pour aider à résorber les différents conflits que connaît le pays, avant qu'il ne soit trop tard.

10 Jui 2021    

Au Cameroun, un collectif constitué de vingt femmes camerounaises vient de solliciter le Conseil de sécurité des Nations unies pour aider à mettre fin aux conflits qui traversent le pays. L'institution onusienne y est invitée à alterner bons offices et moyens de pression.

«Nous vous écrivons donc aujourd'hui, car malgré la gravité de la situation, le Conseil de Sécurité des Nations Unies n'a toujours pas officiellement inscrit le Cameroun à son ordre du jour et encore moins discuté et analysé cette situation afin de prendre des mesures efficaces pour mettre fin aux souffrances du peuple camerounais», est-il possible de lire dans ce courrier que Sputnik a consulté.
Les foyers de tension qui sont principalement visés dans ce plaidoyer se trouvent dans l'Extrême-Nord qui est en proie au terrorisme de Boko Haram; dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest terrassés par la crise séparatiste; dans l’Est et dans la région de l’Adamaoua où s'activent des groupes armés, sans compter la piraterie dans le golfe de Guinée.

Ces conflits ont causé la mort d’au moins 10.000 personnes depuis 2012, un million de déplacés internes et 60.000 réfugiés, rappellent les auteurs de la lettre. Venues d'horizons divers (on y trouve notamment l'avocate Alice Nkom connue pour son combat en faveur des droits humains; Tomaïno Ndam Njoya, maire de la commune de Foumban, dans l’ouest du pays; ÉEdith Kah Walla, présidente du parti d'opposition Cameroon People’s party, etc.), ces personnalités exhortent l’Onu à prendre plus au sérieux la situation du Cameroun.

S'exprimant sur les motivations de cette initiative, l'avocate Alice Nkom explique à Sputnik: «Le crime que l’on pourrait nous reprocher c’est de ne rien faire face à ces atrocités. C’est notre devoir le plus élémentaire, en tant que femmes, de faire entendre nos voix, car il y va de l’intérêt de nos enfants, de notre pays et des générations futures», précise-t-elle au micro de Sputnik.

Des mesures de sortie des crises

Autrefois havre de paix, le Cameroun est depuis plusieurs années l’épicentre de crises protéiformes dans une région, l'Afrique centrale, elle-même en proie à l’instabilité.

Outre le conflit séparatiste en cours depuis 2016 dans les régions anglophones, le pays fait face aux attaques répétées de Boko Haram dans sa partie septentrionale. Des crises auxquelles sont venues se rajouter des tensions sociopolitiques nées de la présidentielle d’octobre 2018 qui avait vu l’arrestation et l’emprisonnement de nombreux militants de l’opposition dont certains sont encore en détention.

«Qu’il y ait une déclaration publique des Nations Unies exigeant que le Gouvernement du Cameroun, qui nous y représente en tant qu'État membre, mette en œuvre de véritables solutions en faveur du retour à la paix et à la sécurité au Cameroun», poursuivent les signataires de la lettre.

Dans l’immédiat, elles prescrivent de «diminuer les tensions existantes et mettre un terme à la violence, notamment envers les civils, libérer tous les prisonniers politiques non violents, arrêtés arbitrairement dans le cadre de la lutte contre Boko Haram, la Crise anglophone et les mobilisations politiques au Cameroun…». Au sujet spécifiquement de la crise séparatiste, ces femmes de poigne demandent de «lancer un processus de véritable dialogue national à partir de la base, incluant l’ensemble des acteurs et actrices, afin de résoudre les causes profondes de la crise».
Pour quelle efficacité?
Listant les préalables à un retour de la stabilité dans les régions anglophones du pays, entre autres «négocier un cessez-le-feu avec les groupes armés», ces femmes mettent en garde contre les possibles conséquences de l’indifférence dont fait montre la communauté internationale. Pour ces militantes, l’idéal serait d’agir maintenant pendant qu’il en est encore temps.

«Nous ne souhaitons pas être l’objet de la prochaine mission de maintien de la paix. Nous ne souhaitons pas accueillir des Casques bleus. En prenant quelques mesures simples aujourd’hui, le monde entier peut éviter cela», préviennent-elles.
Alors que de nombreuses solutions explorées dans la résolution des crises au Cameroun, notamment le conflit séparatiste, se sont révélées inefficaces jusqu’ici, le plaidoyer des femmes peut-il déboucher sur la victoire de la paix dans le pays? Édith Kah Walla, leader politique et l’une des signataires de cette lettre ouverte, l’assure: «Nous avons pris toutes les mesures de notre côté, pour que notre démarche soit aussi efficace que possible».

«Nous avons eu des huis clos avec différents interlocuteurs au sein du Conseil de sécurité pour faire passer notre message. Il est primordial que nous fassions entendre la voix des Camerounais auprès de ces institutions. Tant que les Camerounais meurent, nous n’allons pas cesser d’essayer la médiation, nous n’allons pas cesser de faire entendre la voix de ceux qui estiment que les conflits doivent s’arrêter. Quel que soit le nombre de médiations entamées, il ne faut pas louper une occasion de se faire entendre », lance-t-elle 
Abondant dans le même sens, l'avocate Alice NKom souligne la nécessité d’aller jusqu’au bout de la démarche. Pour elle, «l’Onu devrait mettre suffisamment de pression sur le pouvoir de Yaoundé pour trouver des solutions à la crise politique dans les régions anglophones du pays».

Dans une autre lettre adressée dans la foulée au Fonds monétaire international (FMI), ce même collectif de femmes invite l’organisation à stopper les versements au gouvernement camerounais, si tous les appuis versés entre 2017 et 2020 ne sont pas audités et les auteurs de détournements sanctionnés. Une sortie qui arrive au moment où dans le pays, un scandale financier autour des fonds alloués par le FMI et le gouvernement pour la lutte contre le Covid-19 bat encore son plein.

 Source: Sputnik

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741