frenhaessw

Le Gabon joue sa dernière carte

Ce dimanche 22 janvier, le Gabon, pays organisateur de la CAN 2017, va affronter le Cameroun dans un match décisif pour la qualification pour les quarts de finale. Les Gabonais doivent impérativement gagner pour poursuivre l’aventure, car un tout autre résultat pourrait les éliminer de leur propre compétition dans un contexte particulier.

22 Jan 2017    

Le Gabon joue sa dernière carte ce soir face aux Camerounais, qui occupent actuellement la première place du groupe A avec quatre points et pour lesquels un match nul suffit pour garantir la qualification pour les quarts de la Coupe d’Afrique des nations.

Une équipe sous pression

L’entraîneur espagnol des Panthères, José Antonio Camacho, affirme depuis des semaines que cette équipe n’a pas de pression sur ses épaules, or, avec le contexte actuel, le public boude tout de même fortement la compétition, et la situation ne s’améliorera pas s’ils sont éliminés dès la phase de poules de la CAN 2017. Le sélectionneur s’agace même parfois un peu, déclarant en conférence de presse que son équipe devrait s’appeler le « Gabon Football Club Pression », ou comment avoir l’art et la manière d’essayer d’occulter le poids ainsi que la responsabilité qui reposent sur les épaules de ses joueurs.

D’ailleurs le président du Gabon, Ali Bongo, a assisté à l’entraînement de l’équipe du samedi matin. Pour José Antonio Camacho, c’est plus un soutien qu’une pression. « Le président a toujours montré qu’il soutenait la sélection. Il nous a dit que le peuple attendait beaucoup de nous. Ce qui est intéressant, c’est qu’on ne me parle jamais de football, on ne fait que de me rabâcher qu’on joue sous pression. Toutes les équipes sont sous pression il me semble non ? Nous, on va essayer de gagner face au Cameroun, car il n’y a que cela qu’on puisse faire », souligne l’entraîneur espagnol.

Didier Ovono, gardien des Panthères, reste sur la même ligne que son sélectionneur, affirmant que si le président était présent, auprès des joueurs, c’était pour les soutenir et non pour mettre de la pression, car les 23 Gabonais qui composent la sélection, savent qu’ils sont dos au mur quant à une qualification pour les quarts. Pour le gardien gabonais, c’est une première finale à disputer.

Un contexte particulier

Le Gabon avait déjà reçu la CAN, en tant que co-organisateur avec la Guinée équatoriale, en 2012. Toutefois, le contexte n’était pas le même. « La préparation a été différente par rapport à 2012, car le contexte politique a, un tout petit peu, miné les conditions de travail. En 2012, il n’y avait pas de CAN post-électorale. Là, sur cette CAN 2017, c’est le cas. Ensuite, on a eu très peu de temps pour assimiler les idées du nouveau sélectionneur. C’est d’ailleurs pour cela que nous avons tâtonné lors du premier match face à la Guinée-Bissau. La Coupe d’Afrique des nations est là, on est le pays organisateur, donc on se doit de mouiller le maillot avec plus de volonté et d’amour pour la patrie. Le climat n’est pas comme en 2012, mais on est conscient qu’en gagnant face au Cameroun, on peut apporter un peu de joie dans le cœur du peuple gabonais », assure Didier Ovono.

Un nouveau sélectionneur, le contexte au pays et la difficulté de la compétition sont trois facteurs qui sont à prendre en compte, quand on regarde le parcours des Panthères jusqu’à maintenant. D’ailleurs l’entraîneur espagnol a confirmé qu’il a manqué de temps pour préparer l’équipe, toutefois, pour lui le plus important, c’est l’attitude de ses joueurs sur le terrain : « Evidemment que le staff technique n’a pas eu le temps de connaître beaucoup plus l’équipe. Ce n’est pas comme-ci nous étions tous ensemble depuis deux ans à préparer cette compétition. Le football est ainsi fait, mais il faut voir que la plupart des joueurs jouent en Europe et nos méthodes ne sont pas très éloignées de celles-ci. Le plus important, c’est de tout coordonner et de faire plaisir au public avec une attitude irréprochable des joueurs sur le terrain ».

Didier Ovono est conscient de l’enjeu de cette rencontre face au Cameroun, qui pourrait conduire à une qualification… ou à une élimination. Toutefois, il prend ses responsabilités et réaffirme sa volonté d’offrir une victoire aux supporters des Panthères. « Le public gabonais est très exigeant. Ça fait 13 ans que je joue avec les Panthères et je les ai habitués à ne pas prendre de but. Je préfère toutefois qu’on me critique moi, plutôt que les jeunes de l’équipe. Et puis en Afrique, peu importe la manière dont vous encaissez un but, c’est toujours de votre faute. Je ne fais plus attention aux critiques, sinon on ne s’en sort plus. En Europe, par exemple, il y a des supporters qui poussent des cris de singe, et si vous sortez de votre match à cause de ça, ils sauront comment vous atteindre. Moi aujourd’hui, je sais que la Nation a besoin de moi et je serais là. Ce dimanche, on va essayer de rendre le sourire aux Gabonais », admet le gardien âgé de 33 ans, qui fêtera ses 34 printemps le… 23 janvier 2017.

Dans l’histoire de la Coupe d’Afrique des nations, seulement trois pays hôtes ont été éliminés en phase de groupes : la Tunisie en 1994, la Côte d’Ivoire en 1984, et l’Ethiopie en 1976. Le Gabon a actuellement deux points au classement, à égalité avec le Burkina Faso, et à deux longueurs du Cameroun. Une victoire qualifie directement les Panthères, un match nul pourrait être suffisant selon le résultat dans l’autre rencontre, et une défaite serait synonyme d’élimination de la CAN 2017.

Source: afriquefoot.rfi.fr/

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741
Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde