frenhaessw

Présidentielle au Nigeria : les candidats rivalisent de stratégies pour séduire l'électorat

La présidentielle du 16 février 2019 au Nigeria devrait être très disputée en raison de cette sensibilisation tous azimuts des électeurs et des jeunes qui exigent de plus en plus une meilleure gouvernance et plus de responsabilité de la part de leurs dirigeants.

11 Fév 2019    

Environ 51,5 % des électeurs inscrits au Nigeria ont entre 18 et 35 ans. Et c’est sans doute pour cela que les deux candidats les plus en vue de cette présidentielle, Muhammadu Buhari et Atiku Aboubakar, déploient des stratégies de campagne politique massives pour séduire cette tranche de la population.

La présence en ligne de l’ancien vice-président Atiku Abubakar a pris de l’ampleur récemment. Le candidat et son parti sont en train d’engager les jeunes sur de multiples plateformes de médias sociaux avec des jingles politiques qui sont devenus populaires parmi les Nigérians.

Ils (les candidats, Ndlr) exploitent la pauvreté, ils exploitent le manque d'éducation, ils exploitent le sous-produit de l'insurrection.

“Il y a une finesse, comme je l’ai dit tout à l’heure, je pense qu’entre les deux candidats, il y aura probablement beaucoup de jeunes qui se souviendront d’“Atikulate”. Le jingle musical “I don Artikulate oh” qui est une sorte de mélange de son nom Atiku dans Articulate, contrairement au camp de Buhari qui n’a pas de slogan de campagne au-delà du ‘Next Level’ . Mais en termes de comédies musicales, vous vous souviendrez sans doute très longtemps de l’Articulate d’Atiku”, estime le journaliste Jide Ojo.

Alors que le challenger Atiku se déploie en ligne, le président sortant Buhari se concentre sur la connexion avec les commerçants et les artisans. Des membres de son gouvernement se sont rendus régulièrement sur les marchés au cours des trois derniers mois afin d’entrer en contact avec les commerçants, distribuant à chacun (25 euros) pour les aider dans leurs activités. L’initiative s’appelle “TraderMoni”, ce qui a rendu le président sortant plus populaire parmi les femmes du marché.

Certains Nigérians ont cependant critiqué cette stratégie comme étant une campagne d’achat de votes.

“C’est une exploitation supplémentaire de l‘état déplorable de l‘électeur. La classe politique l’exploite à son avantage. Ils exploitent la pauvreté, ils exploitent le manque d‘éducation, ils exploitent le sous-produit de l’insurrection. Certains partagent des oignons, d’autres du gaari (semoule de manoc, Ndlr) et du sucre, d’autres encore des nouilles. Ils ne font qu’exploiter l‘électorat nigérian déjà dévasté”, affirme l’avocate Esther Uzoma.

Cette année, les deux favoris étant tous deux musulmans, les résultats des élections ne seront pas liés à une religion ou une ethnie, mais ils permettront de savoir dans quelle mesure les candidats ont réussi à gagner le cœur des électeurs.

Avec africanews

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741
Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde