frenhaessw

Au moins 5 membres d'Al-Shabaab tués dans une frappe américaine en Somalie

Cinq militants islamistes somaliens ont été tués dimanche lors d'une frappe aérienne menée par l'armée américaine dans le cadre de l'offensive conduite contre ces rebelles jihadistes, a annoncé lundi le commandement américain pour l'Afrique.

02 Avr 2018    
Un soldat somalien sur la scène d'une attaque à Mogadiscio, Somalie, le 28 mars 2018. Un soldat somalien sur la scène d'une attaque à Mogadiscio, Somalie, le 28 mars 2018.

Donald Trump a appelé le 20 mars Vladimir Poutine pour le féliciter de sa réélection pour un quatrième mandat à la tête de la Russie et l'idée d'une rencontre prochaine avait été discutée. Aucun lieu possible n'avait été alors évoqué.

"Au cours de leur entretien téléphonique, c'est Trump lui-même qui a proposé une rencontre", a déclaré le conseiller du Kremlin Vladimir Ouchakov à la presse. "Trump a proposé d'organiser cette rencontre à Washington, à la Maison Blanche", a-t-il précisé.

"Mais ensuite, nos relations bilatérales se sont détériorées une nouvelle fois" avec les expulsions réciproques des diplomates liées à l'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergueï Skripal en Angleterre, a ajouté M. Ouchakov.

Selon lui, depuis le 20 mars il n'y a eu "aucune discussion concrète concernant les délais de la rencontre".

"Nous aimerions croire que les mesures prises par les Américains sur la base des accusations gratuites seront levées et que nous pourrons entamer un dialogue constructif et sérieux", a souligné M. Ouchakov.

Selon la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders, les deux dirigeants ont discuté d'"une rencontre bilatérale dans un +avenir pas très lointain+ dans un certains nombres de lieux différents, y compris la Maison Blanche".

Un haut responsable de l'administration américaine a de son côté estimé qu'il était "évidemment dans l'intérêt" de Moscou de rendre cette invitation publique, dans un contexte de nouvelle dégradation des relations entre la Russie et les Etats-Unis.

Déjà au plus bas depuis la Guerre froide, ces tensions ont été encore aggravée après l'empoisonnement début mars au Royaume-Uni de l'ex-agent double russe Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia à un agent innervant selon les autorités britanniques. Cet empoisonnement est imputé par Londres à Moscou, malgré ses multiples démentis.

Au total, le Royaume-Uni et ses alliés, notamment de l'Union européenne et de l'Otan, ont annoncé plus de 150 expulsions de diplomates russes de leurs territoires.

Les Etats-Unis mènent ce mouvement, Donald Trump ayant validé depuis l'appel du 20 mars l'expulsion de 60 "espions" russes, la plus importante expulsion de diplomates russes en poste aux États-Unis.

La Russie, qui nie toute responsabilité dans cet empoisonnement et dénonce "une provocation" et "une campagne antirusse", a riposté par des mesures identiques envers un nombre équivalent de diplomates de ces États.

Avec voaafrique

[19:26, 2/4/2018] Hermann: Trump a proposé à Poutine une rencontre à la Maison Blanche selon le Kremlin [19:26, 2/4/2018] +237 90662238: ok tu as tout publié?? [19:28, 2/4/2018] Hermann:

Cinq militants islamistes somaliens ont été tués dimanche lors d'une frappe aérienne menée par l'armée américaine dans le cadre de l'offensive conduite contre ces rebelles jihadistes, a annoncé lundi le commandement américain pour l'Afrique.

Cette frappe a été menée à El Buur, dans le centre de la Somalie, à environ 400 kilomètres au nord-est de Mogadiscio, a indiqué l'Africom dans un communiqué, sans fournir de détail supplémentaire sur l'opération.

Un véhicule a été détruit et aucun civil n'a été tué, a affirmé l'armée américaine.

Cette frappe américaine est intervenue le jour même d'une attaque des shebab contre une base militaire de l'Union africaine (UA) à l'extérieur de Mogadiscio, au cours de laquelle quatre soldats ougandais ont été tués et six autres blessés, selon un responsable de la sécurité locale.

"Les troupes américaines continueront de faire usage de toutes les mesures autorisées et appropriées pour protéger les citoyens américains et désactiver les menaces terroristes", a poursuivi l'Africom.

C'est la septième frappe américaine depuis le début de l'année contre les Shabaab qui tentent depuis 2007 de renverser les gouvernements somaliens successifs, soutenus par la communauté internationale. Ils mènent fréquemment des attentats à la voiture ou au camion piégés contre des cibles militaires, gouvernementales ou civiles.

Avec voaafrique

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741
Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde