frenhaessw

"Nous vivons dans la peur à Bamenda"

Cette ville autrefois paisible et animée du Cameroun est devenue un champ de bataille entre les forces gouvernementales et les rebelles qui réclament un État indépendant dans les régions anglophone de cette nation d'Afrique centrale.

20 Nov 2018    
L'armée et les séparatistes s'affrontent dans les régions anglophones L'armée et les séparatistes s'affrontent dans les régions anglophones

Plus de la moitié de la population de la ville, qui compte environ 400.000 habitants, a fui au cours des derniers mois, soit vers des quartiers plus sûrs, soit vers des villes francophones non touchées par le conflit.

Les protestations contre l'usage croissant du français dans les tribunaux et les écoles des régions anglophones du Cameroun (régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest), ont dégénéré en violence en 2017.

La répression des forces de sécurité a conduit certains civils anglophones à prendre les armes contre le gouvernement, dirigé par le président Paul Biya.

"Tué pour avoir fumé de la marijuana"

Aujourd'hui, le bruit des coups de feu est devenu familier, même aux enfants de deux ans, tout comme la vue de cadavres abandonnés dans les rues de Bamenda, la ville qui compte la plus grande population anglophone du Cameroun.

L'image de quatre garçons tués par balle par des troupes à 200 mètres de chez moi est restée gravée dans ma mémoire.

Il s'agissait de garçons ordinaires de mon quartier qui, malheureusement, ont été pris en train de fumer de la marijuana, une activité que les forces de sécurité associent aux combattants séparatistes.

Beaucoup d'enlèvements

Les forces de sécurité se méfient également des adolescents avec des dreadlocks ou de ceux qui semblent négligés.

Le gouvernement estime que les séparatistes sont des " terroristes " qui causent des destructions généralisées

On suppose qu'ils sont venus en ville après avoir reçu une formation militaire dans la brousse.

Même les hommes costauds comme moi éveillent les soupçons - la logique des forces de sécurité est que si vous êtes bien bâti, les chances que vous soyez un combattant sont plus grandes.

Et beaucoup de parents supplient leurs fils adolescents d'arrêter de porter des bandanas rouges ou une combinaison de vêtements rouges et noirs parce que les forces de sécurité pourraient les prendre pour des combattants séparatistes. Les couleurs sont associées aux rebelles.

Des groupes armés ont poussé à Bamenda et dans les villes voisines.

Certains d'entre eux sont des combattants séparatistes, tandis que d'autres sont des bandes criminelles qui ont exploité l'instabilité.

On ne sait pas toujours qui est derrière les attaques, mais il y a beaucoup d'enlèvements d'écoliers, de politiciens et d'autres personnalités de premier plan qui, dans la plupart des cas, sont libérés après qu'une rançon a été versée.

Les élèves se faufilent dans les écoles

80 élèves, leur directeur et un enseignant ont été libérés après avoir été enlevés dans leur école, il y a environ une semaine.

Les combattants séparatistes ont nié leur implication, mais le gouvernement les a blâmés pour cet enlèvement.

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741
Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde