frenhaessw

La France double sa présence dans la zone de Sahel par une nouvelle opération conjointe

La France à l’intention de doubler sa présence dans le Sahel par une nouvelle opération qui sera conduite par la force française Barkhane en collaboration avec deux missions burkinabées dans la zone dite des « trois frontières » entre le Burkina Faso, le Mali et le Niger. La déclaration a été faite le 4 novembre par la ministre française des Armées, Florence Parly, lors de sa visite à Ouagadougou.

08 Nov 2019    

Pourtant le déploiement d’une nouvelle opération ne s’avère pas tellement nécessaire. Le Mali, le Burkina Faso et le Niger sont membres du G5 Sahel ainsi que du GIABA (Groupe Intergouvernemental d’Action contre le Blanchiment d’Argent (et le financement du terrorisme) en Afrique de l’Ouest). Ils effectuent les opérations conjointes contre les groupes terroristes dans la région sous l’appui de la communauté internationale. En outre, la mission de l’ONU et l’armée française sont présentes au Mali. Plusieurs puissances mondiales sont impliquées dans ce combat qui continue et qui a du mal à arriver à un résultat quelconque. Les contingents de différents partenaires du G5 sont déployés dans la zone et chacun poursuit ses intérêts. C’est à la demande de Ouagadougou que Barkhane opère désormais dans la frontière entre le Niger et le Mali. Et il n’y a pas d’avancées visibles.

On se douterait sur l’efficacité d’une nouvelle opération militaire. Il est temps pour la communauté internationale d’arrêter les campagnes sanglantes et de commencer à réfléchir différemment. Or, il est évident que tout acteur intervenant dans un pays en conflit cherche à profiter. Par ailleurs, l'ONU déclare manquer des moyens pour s'acquitter de ses obligations. L'organisation est confrontée à un déficit de 1,7 milliard de dollars puisque le tiers des Etats membres sont redevables de leurs contributions annuelles au budget de l'ONU.

La manque du financement peut avoir un effet négatif dans les pays ou les opérations militaires sont déployées. Par conséquence, il est nécessaire de renforcer les forces nationales et protéger les intérêts de la nation moyennant d’un dialogue pacifique.

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741
Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde