frenhaessw

Cameroun : l'armée revient sur les conditions de la libération des collégiens de Bamenda

L’armée camerounaise livre quelques détails sur les conditions de la libération des enfants kidnappés dans la ville de Bamenda lundi. Dans un communiqué repris par le média national, la Cameroon Television (CRTV), le ministère de la Défense a avant tout rectifié le nombre de rescapés.

08 Nov 2018    

En effet, ce sont 78 élèves de la Presbyterian Secondary School de Bamenda qui ont été secourus, ainsi que le chauffeur de l‘établissement. Deux enfants manquent toujours à l’appel, ainsi que le proviseur de l‘établissement, a fait savoir le porte-parole du ministère de la Défense, le lieutenant-colonel Didier Badjeck.

Sur le filon de l’armée pour mettre la main sur les ravisseurs, le colonel Badjeck affirme que “la zone (région du Nord-Ouest, Ndlr) a été bouclée” afin de mettre la pression sur les “terroristes”. À l’appui de “renseignements et écoutes des conversations téléphoniques” ainsi que de “de gros moyens de surveillance notamment aériens”, l’armée a dès lors pu localiser le commando, notamment dans la zone de Bafut, une ville située à une centaine de kilomètres de Bamenda, où a eu lieu le rapt.

Boycotage du système francophone

Mais avant l’arrivée de l’armée, les ravisseurs avaient abandonné leurs encombrants otages pour poursuivre leur route. Les otages libérés ont dans un premier temps été conduits à la légion de la gendarmerie du Nord-Ouest d’où ils regagneront probablement leurs familles.

L’enlèvement de masse de lundi à la Presbyterian Secondary School de Bamenda était un fait inédit au Cameroun qui connaît un conflit armé dans ses deux régions anglophones depuis fin 2016. Des affrontements entre armée et séparatistes, regroupés en groupes épars dans la forêt équatoriale, s’y produisent quasiment tous les jours depuis plusieurs mois.

Les séparatistes qui réclament un Etat indépendant pour le Nord-Ouest et le Sud-Ouest ont décrété un boycottage des établissements scolaires, estimant que le système scolaire francophone marginalise les étudiants de la minorité anglophone du pays. Depuis, les attaques se répètent contre des écoles.

Avec africanews

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

APPEL SUR LE CONTINENT DU 12 11 2018 1) CAMEROUN ; PAUL BIYA NON GRATA EN FRANCE ? 2) COTE D'IVOIRE / PAS DE PREUV… https://t.co/5DSClprvIT
LA GRANDE TRIBUNE DU 12 11 2018: https://t.co/hBMsIrZB0I via @YouTube
KIOSQUE PANAFRICAIN DU 12 11 2018: https://t.co/rW6rUBjRuN via @YouTube
GEOPOLITIQUE INTER DU 09 11 2018: https://t.co/b8ViegaSo2 via @YouTube

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741