frenhaessw

Chef Stéphane, CEO du Friend’s food 237

Sa créativité, son ouverture d’esprit, mais surtout son talent de cuisinier sont des atouts qu’il déploie au quotidien pour régaler les palais des gourmets de Douala, ville où il a délocalisé son activité après son départ de la capitale Yaoundé. Hyperactif sur les réseaux sociaux, Chef Stéphane est un restaurateur d’un autre genre à qui rien ne résiste. L’ambiance conviviale de son restaurant situé au quartier Kotto à Douala mêlée à la qualité de ses plats présage des perspectives optimistes pour son business.

10 Avr 2019    

De son vrai nom Nounamo Kamga Stephane Joël, « Chef Stéphane » est le restaurateur camerounais le plus en vue du réseau social Twitter. Né à Yaoundé en 1984, c’est un jeune entrepreneur camerounais qui a choisi de quitter le « confort » que lui préparait une carrière au sein de l’hôtel Hilton de Yaoundé pour réaliser ses rêves. Alors qu’il est titulaire d’un Brevet de technicien supérieur (BTS) en Gestion des entreprises de restauration, Stéphane comme il se fait appeler par ses proches décroche un stage à l’hôtel Hilton de Yaoundé. « Après deux stages j’y ai été embauché au sein du département food and Beverage en 2011. J’y démissionne parce que je suis insatisfait du climat de travail et de la paie » fait-il savoir. « Je n’ai pas l’âme d’un mouton » ajoute-t-il.

Son processus de démission validé, il réussit à décrocher la gestion de certaines affaires dans le domaine de la restauration. Il aura entre autres l’opportunité d’être le premier gérant du « Smile », un snack-bar huppé situé au cœur de Yaoundé. Mais comme les précédentes et d’autres par la suite, cette aventure sera brève. C’est alors que profitant d’un temps libre, Chef Stéphane se consacre à la réalisation d’une étude de marché en prélude au lancement d’un service de livraison de repas. Convaincu de l’opportunité d’une telle affaire, il se met à son propre compte, devenant l’un des pionniers de ce type de services à Yaoundé. C’est la naissance du « Friend’s Food ».

Les débuts sont timides. La clientèle se recrute dans son répertoire téléphonique. L’activité croît, la demande devient exigeante, et la nécessité de se trouver un local s’impose. Chef Stéphane s’inspire alors des télé-crochets Beverly Hills et Friends qui présentent des concepts de restaurants et de bar où les clients se retrouvent traditionnellement pour passer du temps entre amis. Son projet prend forme et il se lance. L’enseigne ouvre au quartier Essos (Avenue Germaine) à Yaoundé. « C’est là où la magie va démarrer » fait-il savoir. Le cadre est séduisant, et la clientèle répond favorablement. Étudiants et de jeunes cadres de la ville s’y retrouvent régulièrement. Le Karaoké complète le décor et fidélise des clients de plus en plus nombreux.

« Ce qui me différencie des autres restaurateurs c'est que je ne bluffe pas »
Mais chef Stéphane est très vite rattrapé par l’envie d’innover, d’essayer autre chose. Plusieurs circonstances, peu à son avantage, motivent ce besoin d’aller à la conquête de nouveaux horizons. Il change de ville et met le cap sur Douala où il délocalise son restaurant. Surfant sur la notoriété et la communauté acquise sur les réseaux sociaux, il se fait rapidement accepter par ce nouveau public. Sa clientèle reste la même : « une cible assez connectée sur les réseaux sociaux dont l’âge varie entre 17 et 35 ans en moyenne ».

A Douala où il s’est établi, Stéphane ne redoute pas la pression concurrentielle qui caractérise cette ville. Il se sent même très à l’aise lorsqu’il compare son offre à celle des enseignes concurrentes. « Ce qui me différencie des autres c’est que je ne bluffe pas. Mon produit a l’un des meilleurs ratios qualité, quantité, prix. En plus de cela, j’incarne moi-même l’âme de mon business et sur le plan social, je suis plutôt convivial, vrai et intègre ». C’est d’ailleurs le même état d’esprit et cette humilité qu’il véhicule sur la description de son compte Twitter.

Ambitions et perspectives a long terme
Sur le long terme, chef Stéphane veut créer des succursales pour sa marque dans plusieurs villes du pays et dès que possible, au-delà des frontières camerounaises. En plus de ses plats, le jeune entrepreneur qui emploie aujourd’hui 5 personnes, veut communiquer au monde, l’esprit Friend’s food.

Les difficultés rencontrées et les soutiens 
Comme plusieurs entrepreneurs camerounais, Stéphane dénonce le difficile accès aux financements. Le lauréat du Concours Festi-tchop 2017 catégorie meilleur restaurateur souligne notamment avoir eu recours à sa mère, ses oncles, ses amis et surtout à sa fiancée qu’il présente comme son bras droit.

Humble, il reconnaît qu’il lui reste beaucoup de marches à franchir pour se réaliser. Il invite toutefois les personnes qui veulent se lancer dans l’entrepreneuriat à écouter leurs instinct, garder les pieds sur terre et la tête sur les épaules. Il exige aussi d’eux une forte dose d’ambition, la foi en leurs idées, mais surtout ne jamais s’empêcher de rêver.

Activités connexes 
Lorsqu’il a un peu de temps, il se consacre à plusieurs activités telles que la communication et le management des événements. Chef Stéphane est aussi un grand passionné de musique, de photographie et de tourisme.

Avec investiraucameroun

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741
Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde