frenhaessw

RDC : Elections législatives, échec justifié des femmes

Les femmes sont sous représentées au parlement à Kinshasa. Sur 485 députés nationaux, le parlement n’en compte que cinquante femmes. Au Sud-Kivu, seules trois femmes ont été élues aux scrutins du 30 décembre dernier. L’analyste politique, le professeur Bob KABAMBA tente, dans une interview accordée à votre medias, d’expliquer cet échec de n’avoir pas été massivement votées avec des propositions en vue de rectifier le tir dans le futur.

05 Fév 2019    

Pour lui, cette question de participation des femmes à la gestion de la chose publique est fondamentale. Pourtant, la parité tant prônée n’a pas été respectée aux législatives nationales et provinciales.

« Dans le système électoral congolais, la parité est plutôt souhaitée qu’exigée. On veut promouvoir la femme politique, mais des dispositions légales fermes dans ce sens font quasiment défaut », explique le politologue Bob KABAMBA.

D’après lui,  le contexte économique ne joue toujours pas en faveur des femmes candidates.

« Elles ont du mal à rivaliser contre des hommes à cause du faible pouvoir économique auquel s’ajoutent des charges multiples en tant que ‘’garantes des familles’’, censées se débrouiller pour la survie des ménages, l’éducation d’enfants et consorts ».

A ces jours, un autre obstacle demeure dans l’environnement électoral, à savoir la dynamique tribale ou ethnique. Et les femmes en sont souvent victimes.

Malgré les campagnes menées par des ONG dans le sens de la promotion de l’image des femmes, des écueils traditionnels pèsent encore. Le professeur Bob KABAMBA cite notamment le poids des préjugés collant le caractère des mœurs légères aux femmes qui se lancent en politique, l’incapacité d’assumer des charges de l’Etat en plus des taches ménagères, ...

Ces préjugés étant persistants au sein de l’opinion publique, il a été difficile pour les électeurs de faire confiance aux femmes.

Sans s’alarmer, cet enseignant à l’université de Liège en Belgique estime que l’avenir des femmes politiques n’est pas pour autant sombre.

« Le parlement devra se battre pour obtenir la modification de la loi électorale qui devra exiger la présence des candidatures féminines sur des listes des partis politiques, les ONG devront continuer à renforcer les capacités des femmes et à leur doter des moyens financiers pour la campagne électorale. Ce serait un soutien de campagne à l’américaine ».

Il propose également l’éducation des hommes sur l’égalité des sexes, l’imposition du genre au sein des formations politiques au sujet de la nomination des ministres, gouverneurs et à d’autres postes de prise des décisions.

Assurément, les femmes ont encore du chemin à parcourir  pour un Congo paritaire. Des lois qui devraient réajuster l’équilibre homme-femme en milieu politique sont d’une grande importance afin d’inverser la tendance actuelle.

BADIBANGA POIVRE D’ARVOR

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

APPEL SUR LE CONTINENT DU 20 02 2019 SUJET 1 : RDC / QUE PEUT ENCORE MARTIN FAYULU APRES L'INVESTITURE DE FELIX TS… https://t.co/8YkWG0CVKS
PRÉSIDENTIELLE AU SÉNÉGAL : MACKY SALL VISE UNE RÉÉLECTION AU PREMIER TOUR .Le Sénégal vote le 24 février pour une… https://t.co/L5KdiTV7SZ
WILL AFRICA SOON SAY GOODBYE TO THE FCFA? https://t.co/3mY0rf7Tat
#OUGANDA : Le lieutenant-général Kainerugaba Muhoozi est considéré comme un probable successeur du président Museve… https://t.co/2vgDGe4CsA

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741
Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde