frenhaessw

Burundi : les 4 Français accusés d'"escroquerie", libérés, quittent le pays

Quatre Français, arrêtés pour escroquerie le 22 juin à Bujumbura et écroués dans plusieurs prisons du Burundi, ont été libérés au cours des derniers jours et ont quitté le pays samedi, a-t-on appris de sources concordantes.

01 Juil 2018    

“Officiellement, l’enquête continue mais les quatre Français sont libres, leurs passeports leur ont été remis samedi matin, ils peuvent quitter le pays et revenir quand ils veulent”, a confirmé à un haut responsable burundais sous couvert de l’anonymat.

Leur départ à bord d’un avion de Kenya Airways samedi en milieu d’après-midi a été confirmé par une source aéroportuaire à Bujumbura.

Ils avaient été arrêtés en compagnie de leur accompagnateur burundais et accusés de “faux et usage de faux, escroquerie et de constitution de société fictive” par le ministère de la Sécurité publique dirigé par le numéro 2 du régime, le général Alain-Guillaume Bunyoni, qui n’avait alors donné aucune précision.

Leur avocat burundais était monté au créneau en assurant qu’ils n’avaient “commis aucune infraction sur le sol burundais”, alors que plusieurs sources évoquaient une affaire “sensible” impliquant plusieurs responsables haut placés au Burundi.

Selon leur avocat, Fabien Segawa, et plusieurs hauts responsables burundais, les quatre hommes étaient venus au Burundi au nom de la société de télécoms ITS, basée à Hong Kong, pour prendre le contrôle d’une société burundaise rachetée en avril.

Ces sources affirment que cette société burundaise, dirigée par un proche du président Pierre Nkurunziza, n’a jamais versé de bénéfices à sa maison-mère depuis sa création en 2015. Le but du nouveau propriétaire était donc d’y installer un gérant de confiance.

Cette société burundaise avait été créée en 2015 pour contrôler les appels internationaux en vue de prélever une taxe de 0,32 dollar par minute introduite à cette époque par le gouvernement.

“On les a arrêtés et jetés dans une prison pour leur faire peur, les terroriser pour qu’ils renoncent à leur société et à leurs dividendes (…) mais cette affaire a eu le mérite de mettre à nu un racket généralisé au profit du parti au pouvoir et des plus hautes autorités du pays”, a dénoncé Gabriel Rufyiri, l’une des principales figures de la société civile burundaise.

“C’est malheureusement un très mauvais signal, un message très clair envoyé aux investisseurs étrangers pour leur dire + ne venez pas investir au Burundi +, alors que ce pays est désormais dans les trois plus pauvres du monde”, a regretté M. Rufyiri.

Les quatre Français sont Laurent Foucher, président de Telecel Centrafrique et ambassadeur de ce pays auprès de l’ONU à Genève, Abdallah El Khabdani, qui a dirigé de 2011 à 2014 la compagnie qui était alors la première compagnie de téléphonie mobile du Burundi, ainsi que Christophe Viguier et Sébastien Vacher, eux aussi dirigeants d’entreprises de télécoms.

Avec africanews


Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

CAMEROUN / ELECTION PRÉSIDENTIELLE 2018 : MEETING DU PARTI UNIVERS AU STADE CICAM A DOUALA: https://t.co/4VhGxoFIiT via @YouTube
CAMEROUN / ELECTION PRÉSIDENTIELLE 2018 : LANCEMENT DE CAMPAGNE DANS LE NYONG ET SO'O: https://t.co/dFCTtnbzem via @YouTube

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741