frenhaessw

Le franc CFA, "vestige du colonialisme" ?

Les héritiers du “franc des colonies françaises d’Afrique” doivent-ils disparaître ? La question sera certainement abordée lors de la prochaine réunion semestrielle des ministres des Finances de la zone franc, prévue le 14 avril à Abidjan. Le système est de plus en plus décrié, perçu par ses détracteurs comme une "relique de la période coloniale française empêchant les économies émergentes de se développer". Pour les défenseurs du franc CFA, cette monnaie facilite les échanges entre les pays de la région, mais aussi avec la France et la zone euro.

13 Avr 2017    
Le franc CFA, "vestige du colonialisme" ? © Côme Peguet

 A qui profite le franc CFA ? 

Instaurée par la France au lendemain de la Seconde guerre mondiale, cette monnaie est toujours utilisée dans quatorze pays africains, et elle est régie par un taux de change fixe arrimé à l’euro. Mais soixante ans après sa création, quatre économistes et une quinzaine d’auteurs principalement issus du continent africain rouvrent un débat entamé à l’époque du Général De Gaulle, avec une étude parue en octobre dernier : “Sortir l’Afrique de la servitude monétaire”.

Selon eux, le franc CFA est un vestige des colonies françaises d’Afrique, servant surtout les intérêts de la France, des élites africaines et des multinationales. Une vision de plus en plus partagée en Afrique comme en Europe : les 7 janvier et 11 février, des vagues de manifestations se sont répandues dans une vingtaine de villes des deux continents, à l’initiative de l’écrivain Kemi Seba et de l’ONG Urgences panafricanistes.

Selon eux, la devise est trop forte pour des économies en développement. Calquée sur l’euro, elle ne permet pas aux pays qui l'utilisent de gérer librement leur politique monétaire, les obligeant par ailleurs à déposer 50 % de leurs réserves de change auprès du Trésor français, en échange de la garantie d'une convertibilité illimitée. "La monnaie doit être au service de la croissance et du développement, explique Kako Nubukpo, ancien ministre togolais de la prospective et coauteur du livre. Or dans notre cas, nous n’avons pas le pouvoir de fixer la valeur de nos propres ressources”.

 

Qui utilise le franc CFA ?

Le franc CFA, créé en 1945, est encore utilisé par quatorze pays situés dans l’ouest et la partie centrale du continent : ceux de l'UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine) et ceux de la CEMAC (Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale), auxquels s’ajoutent les Comores. Plus de cent-cinquante-cinq millions d’habitants utilisent donc quotidiennement le franc CFA. Certaines anciennes colonies françaises ont préféré quitter ces zones monétaires, comme la Guinée-Conakry ou Madagascar.

CFA carte

© Côme Peguet

Qui fixe la valeur du franc CFA ?

[quote align="none" width="100" color="#3A87AD" border="#3A87AD"]La devise est régie par deux banques centrales locales (la BEAC et la BCEAO), mais malgré l’indépendance politique des quinze États, les liens avec la France restent puissants. Reliée par une parité fixe au franc français jusqu'en 1999, la monnaie est aujourd’hui ancrée à l’euro. C’est la Banque de France qui est chargée de fixer le taux de change, actuellement de 1 euro pour 656 francs CFA, et d’en assurer la libre convertibilité. Pour garantir une meilleure stabilité de la monnaie africaine, les pays de la zone franc s'engagent à limiter l’inflation à moins de 2% et confier 50 % de leurs réserves de change auprès du Trésor public français. En 2015, les réserves à la Banque de France étaient ainsi estimées à près de dix milliards d’euros.[/quote]

Une devise garante de "stabilité” ou de “servitude monétaire” ?

Pour les défenseurs du franc CFA (des banques, des multinationales et des économistes pour la plupart), cette monnaie sert de référence dans la région et facilite les échanges avec les pays voisins, mais aussi avec la France et la zone euro. Son taux de change est fixé par Paris en fonction de l’euro, ce qui rend la devise stable et facilement convertible. Les multinationales européennes peuvent ainsi convertir les montants et rapatrier leurs bénéfices sans risque de perdre de l’argent lors du change. Comme le souligne Serge Michaïlof, chercheur associé à l'IRIS sur RFI, "cela représente aussi un avantage pour les économies africaines qui peuvent importer les produits d’Europe à des coûts moins élevés du fait de la proximité avec l’euro."

Mais cette proximité avec la monnaie de l'Union européenne a un coût. Pour les auteurs de l'étude, cette monnaie est surévaluée : calquée sur l’euro, elle est trop forte pour permettre aux économies en développement de sortir de la tutelle française. Car “pour avoir la souveraineté, un pays doit pouvoir gérer sa monnaie”, analyse Demba Moussa Dembele, directeur du Forum africain des alternatives et l’un des coordinateurs du Forum social mondial. Dans une interview accordée à ARTE, l’économiste explique pourquoi le franc CFA ne peut être considéré comme une monnaie africaine : “ Elle n’a pas contribué à développer l’économie locale mais uniquement à faciliter les échanges entre les anciennes colonies et la métropole.”

En effet, la planche à billets étant sous le contrôle de Paris, les pays de la zone CFA ne peuvent pas en imprimer selon leurs propres besoins. Impossible donc d’ajuster leur politique monétaire ou de procéder à des dévaluations pour doper leurs exportations. Cela les rend moins compétitifs par rapport aux autres pays africains, notamment en ce qui concerne les matières premières, principal levier économique des pays utilisant le franc CFA. La région a de plus été durement touchée ces dernières années par la baisse des cours des matières premières, notamment du pétrole, du bois, du fer et du coton. "Il n'y a pas de marché commun pour les pays de la zone Franc, souligne Kako Nubukpo. La monnaie n'a pas engendré plus d’échanges communautaires contrairement à la zone euro".

Demba Moussa Dembele - Que pèse le franc CFA ?

 

Le franc CFA bénéfique aux populations locales ? 

Dans le classement de l’index de développement humain, sept des quatorze pays membres de la zone franc figurent en bas de l’échelle. “Le niveau économique de ces pays est bien inférieur à d’autres anciennes colonies comme le Maroc, l’Algérie ou la Tunisie", analyse Mamadou Koulibaly, économiste et membre de l’opposition ivoirienne. La différence ? Ces trois pays ont leur propre monnaie. Pour Kako Nubukpo, le Franc CFA ne sert donc pas l’intérêt des pays ciblés mais il “profite surtout aux élites africaines qui ont un pied dans la métropole et s'achètent des appartements parisiens."

Le dessous des cartes - L'Afrique : zones de croissance

{youtube}pztqU6F6HYo{/youtube} 

Un abandon unanime du franc CFA ?

La question monétaire a dominé les échanges lors de la dernière réunion des ministres de la zone Franc fin septembre à Bercy. Elle sera à nouveau posée lors de la rencontre du 14 avril. François Hollande s’est dit prêt à ouvrir le débat. Encore faut-il que les dirigeants africains acceptent d’en discuter. Beaucoup préfèrent en effet maintenir le statu quo : “aucune situation n’est parfaite, justifie Ali Bongo Ondimba, Président du Gabon, mieux vaut pour l’instant rester dans le cadre du franc CFA, dans lequel nous avons des assurances.”

De leurs côtés, les auteurs du livre prônent une "rupture plus que symbolique vis-à-vis de l’ancienne métropole", passant par une profonde remise en cause de l'arrimage du Franc CFA à l’euro. Certains suggèrent même une nouvelle monnaie commune, qui évoluerait en fonction d'un panel de devises. Pour Kako Nubukpo : “C’est à nous d’assumer notre destin, ce n’est pas à la France de le faire pour nous.”

Quel avenir du CFA après la présidentielle française ?

[quote align="none" width="100" color="#3A87AD" border="#3A87AD"]Plusieurs candidats, comme Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon, revendiquent la souveraineté monétaire des anciennes colonies. Passez votre souris sur les points pour connaître les différentes positions :[/quote]

Avec arte.tv

 


Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

Ligne Rouge du 21 Juillet 2018: Guinée Equatoriale : Dialogue Politique https://t.co/wiZluNkEdt https://t.co/wiZluNkEdt
EL DESPERTAR AFRICANO DEL 21 07 2018: https://t.co/rN80sQzW45 via @YouTube
Côte d'Ivoire la une depuis quelques jours :OUATTARA - BEDIE, LA VRAIE FIN ? En Côte D'ivoire ,Ouattara et Bédi… https://t.co/GcnEjC0Z4o
LIGNE ROUGE DU 21 07 2018: https://t.co/1BGqHyk2Vp via @YouTube

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741