frenhaessw

La liberté de la presse, toujours en danger en Afrique

Censure, répression, sanctions sont le quotidien des journalistes dans de nombreux pays d’Afrique. Dans 26 Etats, Reporters sans frontières qualifie la situation de la liberté de la presse de "mauvaise" ou pire.

13 Mai 2019    

 Ouganda : les médias sous pression

Afrika Pressefreiheit l Uganda - Protest für Pressefreiheit - Daily Monitor Zeitung (Getty Images/AFP/M. Sibiloni)

En Ouganda, les journalistes jugés trop critiques sont régulièrement la cible d’attaques voire même enlevés. Le président Yoweri Museveni a qualifié en 2018 les journalistes de "parasites". Les autorités censurent les reportages à la télévision, menacent les chaînes de fermeture. Une taxe journalière sur l’utilisation des réseaux sociaux a été introduite en 2018, une première en Afrique.

Ethiopie: 250 sites internet de nouveau autorisés

Afrika Pressefreiheit l Äthiopien - Internetcafé in Adama (Getty Images/AFP/S. Kolli)

L’Ethiopie enregistre des progrès depuis l‘arrivée au pouvoir du Premier ministre Abiy Ahmed, en avril 2018. Plusieurs journalistes emprisonnés ont été libérés, 250 sites d’information jusqu’alors interdits ont été autorisés, les chaînes de TV éthiopiennes établies à l’étranger peuvent désormais diffuser librement. Une commission examine les lois répressives contre la presse pour les modifier.

Erythrée: une censure de fer depuis 2001

Afrika Pressefreiheit l UK - Protestaktion vor der eritreischen Botschaft in London (picture alliance/ZUMAPRESS.com/P. Marshall)

La presse dépend totalement, en Erythrée, du bon vouloir du président Issayas. En 2001, tous les médias indépendants ont été fermés. La seule radio indépendante, Radio Erena, émet depuis l’étranger mais son signal est brouillé par les autorités du pays. Dans le classement mondial de RSF, l’Erythrée est troisième en partant de la fin, devant la Corée du Nord et le Turkménistan.

Soudan: des listes rouges de thèmes à honnir

Afrika Pressefreiheit l Sudan - Zeitung, Presse (Getty Images/AFP/A. Shazly)

Les médias ont souffert sous la présidence d’Omar el-Béchir. Rien qu’en décembre dernier, près de cent journalistes ont été arrêtés, des journaux trop critiques ont été fermés. Officiellement, 15 sujets ont été placés sur liste rouge : il est interdit d’en parler. Parmi eux : les services de sécurité. Les Soudanais attendent de voir quelle tournure prendront les événements après la transition.

Burundi: résignation et autocensure

Afrika Pressefreiheit l Burundi - Verbot von BBC und VOA (Getty Images/AFP)

Depuis la tentative de putsch de 2015, la plupart des radios indépendantes du Burundi sont fermées, leurs journalistes vivent en exil ou subissent de fortes pressions. En 2018 encore, la presse burundaise travaillait dans la peur et pratiquait l’autocensure. Karenga Ramadhan, président du Conseil national de la communication, a suspendu en mai 2018 les émissions de la BBC et de la VOA.

Angola : de prudentes avancées

Afrika Pressefreiheit l Angola - Zeitung, Presse (Getty Images/AFP/S. de Sakutin)

Malgré l’alternance de 2017, les médias sont surveillés par le gouvernement. Seule la Radio Ecclesia et quelques sites internet peuvent émettre des critiques. Les nouveaux venus sur le marché de la presse n’obtiennent pas de licences, les chaînes de TV et radio doivent diffuser les discours du président en intégralité. L’opposition n’a pas sa place dans les colonnes des journaux étatiques.

Gabon : sanction contre les médias d’Etat

Afrika Pressefreiheit l Radio- und Fernsehanstalt in Libreville (Getty Images/AFP/S. Jordan)

La plupart des titres de presse au Gabon sont favorables au gouvernement. En 2018, des médias nationaux et une chaîne internationale ont été sanctionnés pour avoir critiqué Ali Bongo et ses collaborateurs. En janvier, internet a été coupé suite à une tentative de coup d’Etat et les radios publiques suspendues en partie. L’autocensure est pratiquée tous les jours.

RDC: l’espoir d’un mieux ?

Afrika Pressefreiheit l DR Kongo - Radio (Getty Images/AFP/S. Maina)

La République démocratique du Congo a enregistré en 2018 le plus grand nombre de violations des droits de la presse de toute l’Afrique de l’ouest. Violence, fermetures, coupures d’internet ont été l’année dernière le lot des journalistes congolais. Le nouveau président, Félix Tshisekedi, a promis de renforcer la presse du pays…

Tchad: un an sans réseaux sociaux

Social Media-Nutzung in Afrika (AFP/Getty Images/I. Kasamani)

Aucune critique au président Idriss Deby Itno n’est tolérée au Tchad. Des journalistes étrangers sont renvoyés du pays. Les journalistes tchadiens réfractaires sont emprisonnés. En février 2018, les médias du pays ont appelé à une "Journée sans presse". Depuis, les réseaux sociaux sont coupés dans le pays.

Tanzanie: étouffer les voix critiques

Tansania Daressalam - Alle Zeitungen und Zeitschriften in Tansania müssen neu registriert werden (DW/E. Boniphace)

Le président Magufuli veut faire taire toutes les voix critiques depuis son arrivée au pouvoir en 2015. Il a instauré de fortes taxes pour l’enregistrement de sites internet et de blogs. Les médias trop critiques sont fermés. En février 2019, le journal "The Citizen" a été suspendu pendant une semaine pour avoir, selon les autorités, publié des informations dont il savait qu’elles étaient fausses.

Rwanda: contrôle gouvernemental étroit

Symbolbild Pressefreiheit in Ruanda - Radio 10 erstes privates Radio in Ruanda (Getty Images/AFP/Gianluigi Guercia)

La presse est contrôlée de près sous la présidence de Paul Kagame. Les journalistes étrangers se voient souvent refuser des accréditations. Le génocide de 1994 est souvent utilisé pour réprimer des journalistes que le pouvoir qualifie de "divisionnistes". Beaucoup de journalistes rwandais ont dû fuir le pays. Les médias internationaux sont souvent bloqués.

Zambie: fermeture des médias qui dérangent

Afrika Pressefreiheit l Sambia - Post (Getty Images/AFP/G. Guercia)

Les tensions politiques servent de prétexte pour museler la presse indépendante. Le journal indépendant "The Post" a dû mettre la clef sous la porte, plusieurs chaînes de radio et de TV se sont vu retirer leur licence. En mars 2018, une chaîne de télévision privée a dû fermer aussi, accusée de partialité.

Tunisie: une amélioration encore perfectible

Tunesien Schließung der Sendeanstalt Nessma bei Tunis (Getty Images/AFP/F. Belaid)

La Tunisie est remontée de 25 places dans le classement RSF 2019. La démocratisation en cours depuis la chute de Ben Ali en 2011 se fait sentir aussi du côté des médias. Mais les professionnels de l'information réclament toujours une révision du cadre législatif et protestent régulièrement, comme ici en avril 2019 à Tunis, contre la fermeture d'organes de presse.

Avec DW

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741
Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde