frenhaessw

Libye : huit morts dans de nouveaux heurts tribaux dans le Sud

Au moins huit personnes ont été tuées en 48 heures lors de combats entre tribus rivales dans une ville du sud de Libye, portant le bilan de ces heurts à 31 morts depuis début mai, selon une source hospitalière.

Située à plus de 600 km au sud de Tripoli, Sebha est régulièrement le théâtre de violences entre groupes rivaux qui se livrent une bataille acharnée pour le contrôle de cette ville, carrefour de tous les trafics. Les combats ont gagné en intensité samedi, notamment pour le contrôle de la citadelle historique surplombant la ville.

Une source hospitalière locale a indiqué à l’AFP que les combats ont fait au moins huit morts et 18 blessés entre samedi et dimanche. Ainsi, depuis début mai, au moins 31 personnes sont mortes et 121 ont été blessées, dont des civils, selon la même source s’exprimant sous le couvert de l’anonymat.

La lutte pour le contrôle du trafic de contrebande et des champs pétroliers oppose depuis des mois la tribu arabe d’Awlad Suleiman aux Toubous vivant sur un territoire à cheval entre la Libye, le nord du Tchad et le Niger.

Samedi soir, la mission de l’ONU en Libye (Manul) a exprimé son inquiétude après la nouvelle escalade à Sebha, appelant sur Twitter à la “retenue”, à la “reprise du dialogue” et au triomphe des “voix de la raison”.

De son côté, Fayez al-Sarraj, le chef du Gouvernement d’union nationale (GNA) a appelé dans un communiqué à un “cessez-le-feu immédiat”. Il a indiqué qu’il rencontrerait des représentants du Sud, en vue d‘œuvrer à un “règlement et une réconciliation”.

Les Toubous, principalement basés à Sebha et Koufra, dans l’extrême sud-est de la Libye, sont régulièrement accusés par leurs rivaux d’abriter dans leurs rangs des combattants étrangers, notamment tchadiens.

La Libye est déchirée par des luttes de pouvoir et en proie à une insécurité chronique depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011. Deux autorités rivales s’y disputent le pouvoir: le GNAreconnu par la communauté internationale et basé à Tripoli, et un gouvernement parallèle exerçant son pouvoir dans l’Est avec le soutien du maréchal Khalifa Haftar.

Avec africanews

14 Mai 2018    

Au moins huit personnes ont été tuées en 48 heures lors de combats entre tribus rivales dans une ville du sud de Libye, portant le bilan de ces heurts à 31 morts depuis début mai, selon une source hospitalière.

Située à plus de 600 km au sud de Tripoli, Sebha est régulièrement le théâtre de violences entre groupes rivaux qui se livrent une bataille acharnée pour le contrôle de cette ville, carrefour de tous les trafics. Les combats ont gagné en intensité samedi, notamment pour le contrôle de la citadelle historique surplombant la ville.

Une source hospitalière locale a indiqué à l’AFP que les combats ont fait au moins huit morts et 18 blessés entre samedi et dimanche. Ainsi, depuis début mai, au moins 31 personnes sont mortes et 121 ont été blessées, dont des civils, selon la même source s’exprimant sous le couvert de l’anonymat.

La lutte pour le contrôle du trafic de contrebande et des champs pétroliers oppose depuis des mois la tribu arabe d’Awlad Suleiman aux Toubous vivant sur un territoire à cheval entre la Libye, le nord du Tchad et le Niger.

Samedi soir, la mission de l’ONU en Libye (Manul) a exprimé son inquiétude après la nouvelle escalade à Sebha, appelant sur Twitter à la “retenue”, à la “reprise du dialogue” et au triomphe des “voix de la raison”.

De son côté, Fayez al-Sarraj, le chef du Gouvernement d’union nationale (GNA) a appelé dans un communiqué à un “cessez-le-feu immédiat”. Il a indiqué qu’il rencontrerait des représentants du Sud, en vue d‘œuvrer à un “règlement et une réconciliation”.

Les Toubous, principalement basés à Sebha et Koufra, dans l’extrême sud-est de la Libye, sont régulièrement accusés par leurs rivaux d’abriter dans leurs rangs des combattants étrangers, notamment tchadiens.

La Libye est déchirée par des luttes de pouvoir et en proie à une insécurité chronique depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011. Deux autorités rivales s’y disputent le pouvoir: le GNAreconnu par la communauté internationale et basé à Tripoli, et un gouvernement parallèle exerçant son pouvoir dans l’Est avec le soutien du maréchal Khalifa Haftar.

Avec africanews


Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

LIGNE ROUGE DU 19 05 2018: https://t.co/3u3YBsb7Qk via @YouTube
AFRICA KASAMU DU 19 05 2018: https://t.co/aY5Vfl9Z47 via @YouTube
RENAISSANCE AFRICAINE PARTIE 1 16 05 2018: https://t.co/OQE8hAHJCy via @YouTube
RENAISSANCE AFRICAINE PARTIE 2 DU 16 05 2018: https://t.co/Sh8tkjE238 via @YouTube

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741