frenhaessw

Burundi : la population appelée à financer la présidentielle

Le gouvernement burundais a imposé une contribution "volontaire" de la population pour financer les élections de 2020.

13 Déc 2017    
Le président du Burundi Pierre Nkuruziza, lors d'une visite à Berlin (illustration). Le président du Burundi Pierre Nkuruziza, lors d'une visite à Berlin (illustration). GETTY IMAGES

Une ordonnance commune a été présentée lundi par les ministres de l'Intérieur et des Finances.

L'opposition a dénoncé cette contribution qu'elle considère comme un "vol organisé".

Gabriel Rufyiri, président de l'Observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques, souligne que cette ordonnance n'est pas un impôt volontaire.

"Pour nous, c'est une taxe obligatoire au vu de l'article 70 de la constitution qui stipule que la solidarité nationale est proclamée quand il y a une catastrophe naturelle", a-il déclaré.

Selon lui, les élections ne peuvent pas être inscrites dans le cas des catastrophes naturelles.

L'activiste a révélé que les élections se préparent et chaque année, sur une période de quatre ans, 7 millions de dollars sont épargnés.

Il estime que la question de souveraineté nationale ne profite pas à un camp ou à un parti politique, mais à tous les Burundais.

Avec BBC


Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

AGRIPAN SPÉCIAL DU 19 02 2018: https://t.co/KQZkfDCE2f via @YouTube
LIGNE ROUGE DU 20 02 2018: https://t.co/DnNUamjTrQ via @YouTube
GRANDE TRIBUNE DU 20 02 2018: https://t.co/BQSuWRG4CZ via @YouTube
KIOSQUE PANAFRICAIN DU 20 02 2018: https://t.co/2WbmS5uByX via @YouTube

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741