frenhaessw

Cameroun : entre espoir et doute avant le dialogue national

L'Eglise camerounaise salue la tenue du dialogue mais certains de ses membres craignent qu'il ne soit trop court.

30 Sep 2019    

 Le Cameroun se prépare à une semaine de dialogue au plus haut niveau. Dès lundi 30 septembre, et pour cinq jours, débute ce que le président Paul Biya a nommé "un grand dialogue national", pour tenter de mettre fin au conflit en zone anglophone. Ce conflit a débuté en 2016 et ses acteurs les plus radicaux veulent qu'il conduise à l'indépendance de la zone anglophone, ce que le pouvoir refuse.

Joseph Mbafor und Daniel Mbiwan (DW/D. Köpp)

Joseph Mbafor et Daniel Mbiwan veulent croire au dialogue mais le premier craint que le temps manque pour arriver à des réels résultats

Tout dialogue est positif

Aujourd'hui ce dialogue peut-il mettre fin au conflit ? Daniel Mbiwan, le surintendant de la Mission du plein évangile au Cameroun veut y croire. "Il est toujours bien que le gouvernement invite officiellement au dialogue", estime-t-il. "Les séparatistes peuvent dire oui ou non, mais c'est une démarche", dit-il.

Il appelle au dialogue. "Des gens meurent des deux côtés", insiste Daniel Mbiwan qui veut croire que ce dialogue peut aboutir à des résultats, disant "prier pour cela". 

Divisions coté anglophone

Mais tous ne sont pas aussi positifs. Le pasteur Joseph Mbafor, président de la Communauté missionaire chrétienne internationale et les églises associées estime que cinq jours seront insuffisants au vu des divergences. "Ce n'est pas possible", assène-t-il d'emblée. "Et les Anglophones ne parlent pas d'une même voix, tous ne veulent pas la sécession." Il estime qu'il aurait fallu un dialogue entre eux, au niveau local, avant qu'ils ne présentent les conclusions au gouvernement. "Là en cinq jours, c'est un miracle s'il y a une résolution". 

Avec DW

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741
Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde