frenhaessw

Zimbabwe: le président Mnangagwa à Pékin pour obtenir des financements

Pour sa première visite d'Etat en Chine, le président zimbabwéen est arrivé à Pékin. La Chine, alliée historique de Harare, a construit ces quarante dernières années une relation forte avec le Zimbabwe dont elle est aussi le premier partenaire commercial. Les échanges entre les deux pays pèsent environ un milliard de dollars. Lors de cette visite, il sera donc essentiellement question d’aide financière et d'investissement.

02 Avr 2018    
Le nouveau président du Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa, attend beaucoup des investissements chinois pour booster l'économie du Zimbabwe. Le nouveau président du Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa, attend beaucoup des investissements chinois pour booster l'économie du Zimbabwe.

La priorité aujourd’hui pour le président Mnangagwa, c’est de relancer l’économie de son pays. Au Zimbabwe, le taux de chômage se situe entre 80 et 90%, le pays n’a plus de devise propre et utilise des dollars depuis près de dix ans. La production locale est très faible, quasiment tout est importé aussi les prix sont-ils élevés.

Les élections sont dans quelques mois et Emmerson Mnangagwa doit très rapidement relancer l’économie sinon il risque de faire face au mécontentement croissant des Zimbabwéens. Pour cela, il faut de l’argent et donc des aides, des investissements.

Depuis novembre, Emmerson Mnangagwa s’est rendu aux Etats-Unis. Il a rencontré des responsables du Fonds monétaire international, de la Banque mondiale, de l’Union européenne. La semaine dernière encore, il était à l’Africa CEO Forum, un rendez-vous du secteur privé africain à Abidjan. Et à chaque fois, le message est le même : « Le Zimbabwe est ouvert au business ».

Sauf que jusqu’à présent, il n’a pas réussi à obtenir une importante aide financière. Les Européens et les Américains attendent de voir comment vont se passer les élections avant de se réengager. Pareil pour le secteur privé. Emmerson Mnangagwa se rend donc en Chine, son plus gros partenaire commercial qui est peut-être aussi moins regardant sur la question de la démocratie, pour obtenir une aide financière avant les élections.

Pékin aurait soutenu le changement de régime

Cette visite en Chine a pour objectif aussi de rassurer Pékin qui aurait soutenu Emmerson Mnangagwa au moment de sa prise de pouvoir. Quelques jours avant le coup de force de novembre dernier, le chef d’état-major zimbabwéen était en Chine et on dit qu’il s’y est rendu pour obtenir le soutien de Pékin à un changement de régime.

La Chine aurait lâché Robert Mugabe à cause de sa gestion catastrophique du pays. Pékin qui a beaucoup investi dans ce pays, dans la construction, les routes, le coton, les mines, le tabac, percevait peu de retours sur ses investissements. Rappleons qu'il existe des obstacles aux investissements étrangers au Zimbabwe comme par exemple la loi sur l’indigénisation qui veut que 51% du capital d’une société doit appartenir à un Zimbabwéen. Une loi qui effraie les investisseurs, y compris les entreprises chinoises déjà sur le terrain.

Dès son arrivée, au pouvoir le président Mnangagwa a revu certaines de ces dispositions pour encourager un retour des investisseurs. Aussi cette visite en Chine se veut un message rassurant pour les Chinois qui souhaitent notamment investir dans le secteur du platine.

Avec rfi

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741