frenhaessw

Libre circulation et indépendance économique : Kagamé sera-t-il aussi efficace à la tête de l’UA, qu’il l’a été au Rwanda ?

Le 30e Sommet de l’Union africaine, qui s’est achevé ce 29 janvier à Addis-Abeba, a marqué le début du mandat du président rwandais à la tête de l’organisation panafricaine. Paul Kagame succède donc à Alpha Condé à la tête d’une institution qui vit à l’heure d’une révolution institutionnelle suggérée en 2016. Au programme de cette nouvelle présidence panafricaine : taxe pour le l’autofinancement de l’UA, instauration d’une zone continentale de libre échange, liberté de circulation pour les Africains, ouverture du ciel africain. Top départ.

03 Fév 2018    

L’autofinancement, la grande déception du 30e Sommet de l’UA

Les plus optimistes diront que l’instauration de la taxe pour l’autofinancement de l’UA à l’échelle du continent suit sont chemin. On leur répondra que le processus avance lentement. Très lentement.

kagamé UA

Paul Kagamé : « Avant, on disait que l'Afrique était un fardeau. Corriger cela ne se fera pas en quelques années. Cela ne prendra pas des décennies non plus »

Les 28 et 29 janvier 2018, le 30e Sommet des Chefs d’États de l’UA a été l’occasion de nouvelles négociations sur ce mécanisme proposé en 2016 par le président rwandais pour renforcer l’autonomie financière de l’organisation et la libérer d’une trop grande dépendance des partenaires internationaux. En effet, dans un contexte où 70% du budget de l’UA est à ce jour financé par ses partenaires étrangers, l’instauration de cette taxe de 0,2% sur l’importation de certains produits non-africains sur le continent permettrait, selon Donald Kaberuka, ancien président de la Banque africaine de Développement, de générer 1,4 milliards d’euros dans les caisses de l’Union. Un argument qui ne semble pas assez convainquant pour les pays les plus réticents. Parmi eux, l’Égypte, l’Algérie, l’Afrique du Sud, et le Nigeria, qui représentent ensemble près de 40% de la valeur des importations sur le continent, évoquent des problèmes techniques pour la mise en place de cette taxe au plan juridique, et craignent d’alourdir le coût de la vie de leurs populations.

Le 29e Sommet qui s’est tenu les 3 et 4 juillet 2017 avait déjà mis en place un comité ad-hoc composé de ministres des finances de 10 pays du continent pour faire avancer les négociations et obtenir l’accord des plus réticents.

À l’heure de la photo de famille qui clôturait les travaux, le 29 janvier 2018 à Addis-Abeba, 21 pays africains se sont dits favorables à cette taxe que 14 d’entre eux ont déjà commencé à percevoir.

Le 30e Sommet a décidé d’élargir ce comité à 15. À l’heure de la photo de famille qui clôturait les travaux, le 29 janvier 2018 à Addis-Abeba, 21 pays africains se sont dits favorables à cette taxe que 14 d’entre eux ont déjà commencé à percevoir (Kenya, Ethiopie, Rwanda, Tchad, Djibouti, Guinée, Soudan, Maroc, Gambie, Congo-Brazzaville, Gabon, Cameroun, Sierra Leone et Côte d’Ivoire). On est loin du compte, et le président Kagame en est conscient : « Avant, on disait que l'Afrique était un fardeau. Corriger cela ne se fera pas en quelques années. Cela ne prendra pas des décennies non plus » a-t-il déclaré devant ses pairs africains.

Une éclaircie dans le ciel africain et une nouvelle étape vers la libre circulation

Si ce 30e Sommet de l’UA était une compétition sportive, le lancement du Marché unique du transport aérien en Afrique (Mutaa) en serait l’ultime trophée… que les Chefs d’États africains auront mis 30 ans à décrocher. En effet, le principe consacré par la décision de Yamoussoukro (en 1999) sur la libéralisation du transport aérien en Afrique à été réaffirmé par les Chefs d’États du continent dans l’Agenda 2063 qui détermine les axes prioritaires de développement pour l’Afrique à l’horizon 2063. Il a donc été adopté au cours de ce 30e Sommet, avec la signature solennelle de 23 pays, permettant désormais à n’importe quelle compagnie aérienne d’ouvrir une liaison dans l’un des pays du continent sans se heurter au monopole des compagnies nationales. Pour autant, cette décision que le communiqué de l’organisation qualifie de « vitale », n’est en somme qu’une étape dans la poursuite de la liberté de circulation des Africains sur le continent.

Une avancée modeste dans un domaine où certains pays, dont le Rwanda et le Bénin, ont montré la voie décrétant l’exemption de visas d’entrée sur leurs territoires pour les ressortissants africains.

C’était l’une des visions exprimées par les fondateurs de l’Union africaine en 2001. Le principe de la libre circulation des personnes sur le continent a par la suite été inscrit dans l’Agenda 2063, avec à la clé, un passeport africain qui la faciliterait. Ainsi, un projet de protocole prévoyant la libre circulation, le droit d’établissement et de résidence, ainsi qu’une feuille de route avec un calendrier pour son opérationnalisation d’ici 2023, ont été adoptés au cours de la réunion du Conseil Exécutif le 25 janvier 2018. Une avancée modeste dans un domaine où certains pays, dont le Rwanda et le Bénin, ont montré la voie décrétant l’exemption de visas d’entrée sur leurs territoires pour les ressortissants africains. Mais le débat africain sur la question pourrait être long et laborieux, dans un contexte où l’intensification des migrations clandestines a favorisé le développement de diverses ententes bilatérales visant à restreindre le passage des migrants dans les pays africains, considérés comme zones de transit. Ajouté à cela, la lutte contre le terrorisme transfrontalier pourrait être un argument supplémentaire pour justifier la réticence de plusieurs pays du continent.

Libre échange : le Sommet extraordinaire du 21 mars pourrait être décisif

« Avec la Zlec, non seulement les Africains seront plus forts pour négocier, mais ils vont en réalité créer un marché très attractif de 1,3 milliard de personnes, qui pèsera 1,4 milliard de dollars», c’est ainsi que l’économiste Bissau-guinéen Calos Lopes, ancien président de la Commission économique de l’Union africaine a commenté le rapport du président nigérien, Champion de l’UA sur le projet de Zone de libre échange continental (Zlec).

Calos Lopes

Calos Lopes : « Avec la Zlec, les Africains seront plus forts pour négocier »

Pour Mahamadou Issoufou, cette Zone de libre échange représente « un vaste marché qui permettra [à l’Union Africaine] de négocier avec plus de force face aux partenaires étrangers, et notamment l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ». L’UA s’oriente-t-elle enfin vers la réalisation d’un autre de ses rêves fondateurs ? Le président nigérien est d’autant plus optimiste, que ses pairs ont décidé d’y consacrer un Sommet extraordinaire le 21 mars 2018 à Kigali. Ce sera l’occasion de « discuter des instruments légaux et de signer l’accord établissant la Zone de libre échange continental ». Libre circulation donc pour les personnes et pour les biens et marchandises, mais aussi établissement dans les toutes prochaines années d’un véritable marché Africain, le rêve Africain au cours de ce 30e Sommet est celui d’un continent qui ne connaît pas de frontières et où ses citoyens se déplacent et commercent en toute liberté. Encore faudrait-il pour cela qu’ils puissent le faire sans inquiétude.

La menace sécuritaire qui complique la donne

C’est peut-être là que le bât blesse. Le Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l’UA qui a tenu sa 749e réunion le 27 janvier, quelques jours avant le Sommet, plante le contexte de menaces qui pèsent sur continent en 2018, dès l’énoncé du sujet de ses discussions : « Vers une approche globale pour la lutte contre la menace transnationale du terrorisme en Afrique. » La menace n’est plus tout à fait nouvelle, et les réponses que l’organisation devrait lui apporter ne sont pas encore tout à fait nées. Ainsi, l’Architecture pour la Paix et la Sécurité en Afrique (APSA) dont dépend un grand nombre de mécanismes continentaux de prévention et de résolution des conflits reste encore très faiblement implémenté, laissant le leadership aux Communautés économiques régionales et aux forces multinationales ad-hoc pour la résolution des conflits sur le continent.

La construction d’une Afrique pleinement intégrée auquel les Chefs d’États participants à ce Sommet de l’UA ont voulu donner un coup d’accélérateur pourrait se heurter à cette menace-là.

Sauf qu’il ne s’agit plus tout à fait de conflits désormais, mais de terrorisme, alors que l’opérationnalisation du Sous-comité du CPS sur la lutte contre le terrorisme tarde à venir et que le Mécanisme de coopération policière AFRIPOL ne donne que de très minces résultats. La construction d’une Afrique pleinement intégrée auquel les Chefs d’États participants à ce Sommet de l’UA ont voulu donner un coup d’accélérateur pourrait se heurter à cette menace-là.

 Mamadou Issoufou jpeg

Mahamadou Issoufou : « Nous avons besoin de davantage d’intégration. Le développement est aussi une réponse aux questions sécuritaires ».

Selon le Nigérien Mahamadou Issoufou (qui présidera le G5 Sahel à partir du 6 février) : « Nous avons besoin de davantage d’intégration. Le développement est aussi une réponse aux questions sécuritaires ». Mais encore. Le Tchad et le Niger accepteront-ils d’ « ouvrir » leurs frontières avec une Libye que l’instabilité politique est en train de transformer en centre d’entraînement à ciel ouvert du terrorisme mondial, alors qu’ils ont déjà un très faible contrôle des régions nord de leurs territoires respectifs ? Le Maroc accepterait-il d’instaurer une Zone de libre échange avec le Sahara occidental qu’il ne reconnaît pas comme État, ou avec son adversaire algérien ? Quel est le plan pour qu’une Afrique plus intégrée ne soit pas aussi une Afrique plus dangereuse ? C’est une question à laquelle la réponse de l’organisation panafricaine n’est pas claire et qui pourrait encore alimenter bien des réticences.

Claude Biao, agenceecofin


Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

LIGNE ROUGE DU 25 09 2018 PRESENTEE PAR VANESSA NGADI KWA https://t.co/LstVKSmLud
Le gouvernement gabonais s’est dit satisfait samedi de la décision de la Cour pénale internationale (CPI) vendredi… https://t.co/P1hND5k40H
Les rideaux viennent de tomber sur les trophées 2018 qui ont eu lieu ce lundi 24 septembre à Londres. Luka Modric s… https://t.co/fR6GfJxQOH
Aux dires de témoins, deux civils ont été abattus ce lundi à Buea, la capitale du Sud-ouest, en zone anglophone. Le… https://t.co/73FzpX890I

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741