frenhaessw

Présidentielle en RDC : en quête du dauphin idéal de Joseph Kabila

À officiellement neuf mois de l'élection présidentielle, Joseph Kabila semble envisager de céder son fauteuil. Mais à qui ? En coulisses, l'agitation grandit entre les prétendants.

26 Mar 2018    
Le chef de l’État en juin 2017, lors d’une rencontre avec le président sud-africain, Jacob Zuma, à Pretoria. Le chef de l’État en juin 2017, lors d’une rencontre avec le président sud-africain, Jacob Zuma, à Pretoria.

Une curieuse fièvre s’est emparée des grandes universités de Kinshasa ces derniers mois. Les caciques de la majorité s’y pressent pour obtenir un doctorat, puissant sésame dans ce pays qui valorise les titres universitaires parfois jusqu’au fétichisme. Mais après son obtention, le nouveau diplômé est généralement la cible d’attaques et se voit accusé d’avoir triché.

C’est ce qui est arrivé au président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku Ndjalandjoko, en décembre dernier. Puis à l’ancien Premier ministre, Matata Ponyo Mapon, en février. Emmanuel Ramazani Shadary, le chef du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD, au pouvoir), est pour sa part inscrit à l’école doctorale de l’université de Kinshasa depuis 2015…

Une loi électorale avantageuse

L’élection présidentielle, qui devrait donner un successeur à Joseph Kabila, n’est pas étrangère à cette agitation. Sa date, officiellement fixée au 23 décembre prochain, demeure encore très incertaine. Mais plusieurs signes tendent à montrer que le chef de l’État envisage désormais de céder son fauteuil, au moins pour un temps.

En décembre, le Parlement a adopté une nouvelle loi électorale qui devrait favoriser les partis riches et puissants comme le sien : elle introduit des seuils de représentativité et relève le montant des cautions à payer pour se porter candidat. Puis, en janvier, les statuts du PPRD ont été réformés, créant un poste de président qui semble taillé sur mesure pour Joseph Kabila après son départ.

Une étrange campagne a donc commencé, où personne n’est déclaré, mais où coups bas et intoxications pleuvent

Si le calendrier électoral est respecté, le parti devrait désigner son candidat avant le mois d’août. Une étrange campagne a donc commencé, où personne n’est déclaré, mais où coups bas et intoxications pleuvent. Chacun tente de se positionner, en prenant soin de ne pas paraître forcer la main du chef. Tout le monde le sait en effet : lui seul prendra la décision, selon ses propres critères.

Le premier d’entre eux sera sans nul doute la loyauté ­– une loyauté aveugle, à n’en pas douter. Joseph Kabila est d’une méfiance extrême et il a des intérêts, notamment économiques, à protéger. La mésaventure de son ancien homologue angolais, José Eduardo dos Santos, rapidement marginalisé après son départ du pouvoir en 2017, n’a pu que renforcer sa vigilance.

Une alternative géographique

La popularité est donc à double tranchant : le candidat devra en avoir assez pour se faire élire (avec l’appui de la machine étatique), mais pas au point de pouvoir s’émanciper de la tutelle de Joseph Kabila. L’origine régionale devrait en revanche être déterminante. On dit le chef de l’État échaudé par la confiance qu’il avait accordée à des personnalités originaires de l’est du pays, comme Vital KamerheMoïse Katumbi et Pierre Lumbi, aujourd’hui passés dans l’opposition. Par ailleurs, étant donné que la RD Congo aura eu deux présidents successifs issus du Katanga (Sud-Est), il a tout intérêt à mettre en œuvre une alternance géographique.

Vient ensuite le critère sécuritaire : le président sortant entend bien garder le contrôle sur l’armée et les services, colonne vertébrale du régime, et le candidat devra lui faciliter la tâche.

Enfin, et dans une moindre mesure, Kabila pourrait être attentif à l’image du candidat auprès de la communauté internationale. Lassés par plus d’une année et demie de crise politique, les Occidentaux, tout comme les pays voisins de la RD Congo, pourraient mettre en sourdine leurs nombreuses réserves quant au scrutin en préparation si le candidat du pouvoir leur sied.

Avec jeuneafrique

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

APPEL SUR LE CONTINENT DU 20 02 2019 SUJET 1 : RDC / QUE PEUT ENCORE MARTIN FAYULU APRES L'INVESTITURE DE FELIX TS… https://t.co/8YkWG0CVKS
PRÉSIDENTIELLE AU SÉNÉGAL : MACKY SALL VISE UNE RÉÉLECTION AU PREMIER TOUR .Le Sénégal vote le 24 février pour une… https://t.co/L5KdiTV7SZ
WILL AFRICA SOON SAY GOODBYE TO THE FCFA? https://t.co/3mY0rf7Tat
#OUGANDA : Le lieutenant-général Kainerugaba Muhoozi est considéré comme un probable successeur du président Museve… https://t.co/2vgDGe4CsA

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741
Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde