frenhaessw

Maintenant le Tchad, puis le Mali : Pourquoi les pays africains se normalisent avec Israël

Oubliez le battage médiatique. La « technologie de sécurité » israélienne n’a rien à voir avec la volonté de certains pays africains de normaliser leurs relations avec Israël.

11 Fév 2019    

Qu’est-ce qu’Israël peut offrir au Tchad, au Mali et à d’autres pays que les États-Unis, l’Union Européenne, la Chine, la Russie, l’Inde, le Brésil, l’Afrique du Sud, etc. dans le domaine de la technologie ?

La réponse est « rien », et le moment où nous acceptons une telle vérité est le moment où nous commençons à comprendre vraiment pourquoi le Tchad, un pays à majorité musulmane, vient de renouveler ses liens diplomatiques avec Israël. Et, par extension, la même logique s’applique au Mali, un autre pays à majorité musulmane qui est prêt à se normaliser avec Israël.

Le Président tchadien, Idriss Deby, s’est rendu en Israël en novembre dernier, un voyage qui a été présenté comme une autre percée technique de Benjamin Netanyahupar le gouvernement israélien et ses médias alliés.

En retour, le Premier ministre israélien, M. Netanyahou, a effectué une visite à N’djamena, où il a accepté de reprendre les relations diplomatiques. Dans leur conférence de presse commune, M. Deby a parlé « d’accords » signés entre le Tchad et Israël, mais n’a pas fourni plus de détails.

Israël peut essayer de se présenter comme le sauveur de l’Afrique, mais même si l’économie israélienne est relativement forte, Tel-Aviv n’aura guère les clés pour résoudre les problèmes du Tchad, du Mali ou de tout autre pays du continent africain.

Les médias israéliens contribuent activement à la fanfare qui a accompagné la « ruée vers l’Afrique » de Netanyahou, et se concentrent désormais sur les préparatifs en cours pour une autre « visite historique », celle du Président malien Soumeylou Boubeye Maiga, en Israël dans les « prochaines semaines ».

Netanyahou tient à programmer le voyage de Maiga juste avant le 9 avril, date à laquelle les Israéliens se rendront aux urnes pour voter lors des élections générales anticipées du pays.

Les motivations d’Israël à se normaliser avec l’Afrique sont inspirées par le même raisonnement qui sous-tend l’ouverture internationale de Netanyahou en Amérique du Sud et dans d’autres régions du Sud.

Malgré l’histoire d’amour Trump-Netanyahu, Israël n’a aucune confiance dans l’avenir des États-Unis dans la région du Moyen-Orient. L’administration actuelle de Donald Trump, comme l’administration précédente de Barack Obama, a pris des mesures claires et calculées pour se déployer lentement hors de la région et « pivoter » ailleurs.

Cela a alerté Netanyahou sur le fait qu’Israël devrait diversifier ses alliances car un veto américain au Conseil de Sécurité des Nations Unies n’est plus garant de la domination régionale d’Israël.

Pendant des années, Netanyahou a suivi une voie alternative, qui est devenue le seul moyen pour Israël de sortir de son isolement international. Malheureusement pour les Palestiniens, la nouvelle stratégie d’Israël, qui consiste à chercher des alliances séparées avec les membres de l’Assemblée générale des Nations Unies, semble porter ses fruits. Israël espère maintenant que d’autres pays qui se sont toujours rangés du côté des Palestiniens – votant pour les droits des Palestiniens en tant que bloc à l’ONU – suivront les exemples du Tchad et du Mali.

La lutte entre Israël et les pays arabes d’Afrique, selon Dan Avni – un haut fonctionnaire du ministère israélien des Affaires étrangères dans les années 1950 et 1960 – est « un combat de vie ou de mort pour nous ». Cette déclaration a été faite à un moment où les États-Unis n’étaient pas pleinement et ardemment engagés dans le projet colonial israélien, et où Israël avait désespérément besoin de sortir de son isolement.

Suite à l’expansion du projet colonial israélien en Palestine et dans d’autres pays arabes après la guerre de 1967, le soutien politique, économique et militaire inconditionnel des États-Unis à Israël s’est attaqué à de nombreuses vulnérabilités perçues par Israël, lui permettant de devenir le tyran incontesté de la région entière. À l’époque, ni l’Afrique ni le reste de la communauté internationale n’avaient d’importance.

Mais maintenant, un nouveau Grand Jeu est en train de changer les règles une fois de plus. Non seulement les États-Unis perdent leur emprise au Moyen-Orient et en Afrique – grâce à la montée des influences russes et chinoises, respectivement -, mais Washington est aussi occupé ailleurs, désespéré de maintenir un peu plus longtemps son hégémonie mondiale en voie de régression.

Bien que les liens entre Washington et Tel-Aviv soient encore forts, les dirigeants israéliens sont conscients d’un paysage politique en pleine mutation. Selon les calculs israéliens, le « combat de vie ou de mort » s’approche, une fois de plus.

La réponse ? Attirer les pays pauvres, en Afrique et ailleurs, avec un soutien politique et des promesses économiques pour qu’ils refusent aux Palestiniens un vote à l’ONU.

Il n’est pas surprenant que les gouvernements du Tchad et du Mali soient en difficulté, non seulement sur le plan économique, mais aussi en termes de légitimité politique. Déchirés dans la lutte mondiale pour la domination entre les États-Unis et la Chine, ils se sentent pressés de faire des choix importants qui pourraient faire la différence entre leur survie ou leur disparition dans les bouleversements futurs.

Pour ces pays, une alliance avec Israël est un billet sûr pour le club politique de Washington. Une telle adhésion pourrait s’avérer significative en termes d’aide économique, de validation politique et, plus important encore, d’immunité contre les coups d’État militaires pesants.

Considérant ceci, ceux qui sont coincés à discuter de « http://en.rfi.fr/africa/20171209-israel-continues-charm-offensive-across-africa" target="_blank" style="box-sizing: border-box; text-decoration-line: none; background: transparent; transition: all 0.2s ease-in-out 0s; color: rgb(9, 99, 217);">l’offensive de charme » israélienne en Afrique basée sur l’affirmation du progrès technologique d’Israël et de la technologie de l’eau manquent de forêt pour les arbres.

Il est important de noter que ce n’est pas la route vers Tel-Aviv que N’Djamena et Bamako recherchent, mais plutôt la route vers Washington elle-même. En Afrique, comme dans d’autres régions du Sud, ce sont souvent les États-Unis, et non l’ONU, qui confèrent et nient la légitimité politique. Pour les dirigeants africains qui ne jouissent d’aucune crédibilité démocratique, une poignée de main avec Netanyahou pourrait être l’équivalent d’une assurance-vie politique.

Donc, pour l’instant, Israël continuera à marcher sur cette fine corde, usurpant comme toujours les ressources et le soutien politique américains, tout en apprenant à marcher tout seul, en développant une politique étrangère qui, espère-t-il, lui évitera à l’avenir un nouvel isolement.

Les dirigeants israéliens n’ont pas encore compris qu’il est peut-être possible de briser leur isolement en respectant le droit international, les droits du peuple palestinien et la souveraineté territoriale de leurs voisins.

Les liens diplomatiques avec le Tchad et le Mali pourraient permettre à Netanyahou d’obtenir quelques voix supplémentaires en avril, mais ils contribueront aussi à l’illusion israélienne qu’il peut être à la fois un chouchou international et un régime d’Apartheid.

Avec reseauinternational

 

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741
Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde